Adénome bénin de la prostate: un traitement innovant au CHU de Toulouse

Développé initialement au Portugal en 2010 et depuis cette date dans quelques établissements français, un traitement innovant de l’hypertrophie bénigne de la prostate par embolisation de l’artère prostatique fait dorénavant partie de l’arsenal thérapeutique des équipes du CHU de Toulouse, seul établissement de santé d’Occitanie ouest à proposer cette thérapeutique.

Développé initialement au Portugal en 2010 et depuis cette date dans quelques établissements français, un traitement innovant de l’hypertrophie bénigne de la prostate par embolisation de l’artère prostatique fait dorénavant partie de l’arsenal thérapeutique des équipes du CHU de Toulouse, seul établissement de santé d’Occitanie ouest à proposer cette thérapeutique.
Le traitement innovant de l’hypertrophie bénigne de la prostate, disponible au CHU de Toulouse, consiste à injecter, à partir d’un cathéter placé dans l’artère fémorale, des microbilles dans les vaisseaux sanguins qui alimentent la prostate pour diminuer la quantité de sang qu’elle reçoit et ainsi la faire diminuer de volume.

Une maladie qui altère la qualité de vie

L’hypertrophie bénigne de la prostate ou adénome prostatique, est une augmentation de volume de la prostate, très fréquente chez l’homme. La prostate en grossissant peut venir comprimer l’urètre. Le rétrécissement de l’urètre entraîne des troubles urinaires qui peuvent altérer la qualité de vie : besoin fréquent d’uriner, vidange incomplète de la vessie…
En première intention, le traitement proposé est médical, il ne devient chirurgical qu’en cas d’échec des médicaments prescrits soit dans 10 % des cas. Le traitement chirurgical peut également être indiqué en cas de complications : infections urinaires fréquentes, calculs vésicaux, rétention urinaire chronique….

L’embolisation de l’artère prostatique

« Ce nouveau traitement proposé au CHU de Toulouse, explique le Docteur Marie-Charlotte Delchier-Bellec, élargit l’arsenal thérapeutique. Il peut être prescrit en première intention, en alternative aux traitements médicamenteux ou lorsque ceux-ci ont échoué. La décision thérapeutique est prise lors de la consultation avec le médecin urologue, étape primordiale dans le suivi du patient. Les avantages sont nombreux : intervention minime avec un temps post-opératoire simple, sans aucun impact sur la fonction sexuelle. »
L’intervention est réalisée au décours d’une courte hospitalisation par l’équipe du secteur interventionnel d’imagerie (1) après un parcours patient codifié en collaboration avec l’équipe du département d’urologie (2). Elle consiste en l’injection de microbilles dans les artères prostatiques, gauche et droite, qui vont obstruer les capillaires à l’intérieur de la prostate.

Les chiffres clés de l’adénome prostatique 

– 50 % des hommes sont touchés par cette pathologie entre 60 et 70 ans et plus.
– 90 % des hommes de 70 ans et au-delà

La procédure en schémas

Comparaison prostate normale et prostate hypertrophiée

1. Sondage vésical par l’introduction dans l’urètre d’une sonde de Foley (un fin tube stérile).

2. Introduction d’un cathéter dans l’artère fémorale en haut de la cuisse droite.

3. Injection d’un produit de contraste pour visualiser les artères qui nourrissent la prostate.

4. Injection de microsphères (comme des microbilles) dans les vaisseaux sanguins qui alimentent la prostate pour diminuer la quantité de sang qu’elle reçoit permettant une réduction du volume de la partie traitée.

5. Le cathéter est ensuite repositionné sur la partie controlatérale de la prostate, à partir du même point de ponction, et le traitement est poursuivi selon les mêmes modalités.
Au final, le volume de la prostate diminue, le canal de l’urètre se normalise et le patient voit sa qualité de vie nettement améliorée.
Notes 
1 – Pr Hervé Rousseau – Dr Marie-Charlotte Delchier – Dr Séverine Lagarde – Secteur Interventionnel d’Imagerie – Hôpital Rangueil.
2- Pr Michel Soulié – Pr Xavier Gamé – Département d’Urologie de Transplantation Rénale et Andrologie Hôpital Rangueil

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.