Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

ADN : 1ers patients diagnostiqués par séquençage haut-débit au CHU de Nîmes

CHU Nîmes - mardi 22 décembre 2015. 2703 vu(s)

Le syndrome de Marfan (et syndromes apparentés), maladie génétique rare touchant 1 personne sur 5 000 et exposant au risque de mort subite par anévrisme ou dissection de l’aorte, est la première pathologie diagnostiquée à l'aide d'un séquenceur performant NGS (Next Generation Sequencing) nouvellement acquis par le CHU de Nîmes. Avec cette technique, le CHU de Nîmes vient d'accomplir un pas de plus vers la médecine des 4P: Préventive, Personnalisée, Participative et Prédictive.

Ce nouveau séquenceur NGS délivre jusqu’à 2 milliards de paires de bases de séquences d’ADN en une seule analyse alors que le séquençage conventionnel (SANGER) ne permettait d’en obtenir que 40 000. L'analyse des caractéristiques génétiques par séquençage de l'ADN est utilisée pour le diagnostic moléculaire et le conseil génétique de maladies rares monogéniques (dont la survenue est en rapport avec le défaut d’un seul gène), de certains cancers, la thérapie ciblée et la pharmacogénétique.
 
Au CHU de Nîmes, les premiers résultats ont été obtenus quelques mois après l'installation du matériel et le réaménagement du plateau technique. Les premiers patients ont pu être analysés fin novembre avec les premiers comptes rendus adressés aux prescripteurs courant décembre (CHU de Lyon, CHU de Nîmes, CHU de Toulouse).  A terme, une offre élargie de diagnostic sera proposée dans de nombreux domaines dont la génétique constitutionnelle, la génétique somatique des cancers et hémopathies malignes, la pharmacogénétique.

L'activité de séquençage de l'ADN pour le syndrome de Marfan et les syndromes apparentés, encadrée par le Dr Philippe Khau Van Kien et réalisée par Mme Plancke (ingénieure) et M. Roland (technicien supérieur hospitalier), s’inscrit au niveau national en réponse aux demandes d’analyses provenant de différents CHU de France. Elle est dite de niveau II, c'est-à-dire considérée comme particulièrement complexe tant dans la réalisation des analyses que dans leur interprétation.

Cette activité est soutenue par le Plan national Maladies rares, la DHOS (Direction de l’hospitalisation et de l’offre de soins) et l’ARS du Languedoc-Roussillon
 

 


Catégorie : CHU Nîmes, High tech, Maladies génétiques, Newsletter 814 - 5/01/2016

Pour plus d’information : CHU Nîmes


Les commentaires pour cet article :


Pas de commentaire

Ajouter un commentaire


L’afflux de spams et de messages publicitaires rend obligatoire l’insertion de filtres. Pour que cet espace continue à bien remplir sa fonction de passerelle entre les internautes et les institutions, nous vous invitons à remplir les cadres ci-dessous ainsi que le code qui figure dans l'image avant de nous transmettre votre commentaire. Merci de votre compréhension.



*



*

*



*


* - champ obligatoire

Voir les règles de l'espace réaction

newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 26 mai : journée mondiale de la sclérose en plaques
  • 27 mai : journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau
  • 28 mai : journée Internationale d'action pour la santé des femmes
  • 31 mai : journée mondiale sans tabac
  • 31 mai : journée mondiale de lutte contre le tabac
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  25-05-2018