Ados à corps perdu… La culture comme médiation thérapeutique

L'anorexie est-elle une maladie propre à notre civilisation ? Pourquoi, dans une société d'abondance, des jeunes filles peuvent-elles aller jusqu'à la mort par privation volontaire de nourriture ? Le tatouage, le piercing sont-ils une mode passagère ? La référence à d'antiques civilisations ? L'expression du mal-être de l'adolescence ? Du 15 septembre au 15 décembre 2006, l'exposition Mémoires de corps. Ados à corps perdu, fruit de la rencontre entre le Musée d'Aquitaine, le Pôle Aquitain de l'Adolescent – CHU de Bordeaux (Centre Jean Abadie) et l'Association de Soutien Scolaire aux Enfants Malades (ASSEM), propose une réflexion sur les rapports entre corps, culture et maladie à partir d'un travail expérimental mené avec des jeunes filles anorexiques.

L’anorexie est-elle une maladie propre à notre civilisation ? Pourquoi, dans une société d’abondance, des jeunes filles peuvent-elles aller jusqu’à la mort par privation volontaire de nourriture ? Le tatouage, le piercing sont-ils une mode passagère ? La référence à d’antiques civilisations ? L’expression du mal-être de l’adolescence ? Du 15 septembre au 15 décembre 2006, l’exposition Mémoires de corps. Ados à corps perdu, fruit de la rencontre entre le Musée d’Aquitaine, le Pôle Aquitain de l’Adolescent – CHU de Bordeaux (Centre Jean Abadie) et l’Association de Soutien Scolaire aux Enfants Malades (ASSEM), propose une réflexion sur les rapports entre corps, culture et maladie à partir d’un travail expérimental mené avec des jeunes filles anorexiques.



Au cours d’ateliers littéraires et plastiques, les jeunes filles travaillent sur des représentations féminines issues de différentes civilisations (Antiquité, Afrique, Océanie) que le musée d’Aquitaine met à leur disposition. La confrontation à d’autres civilisations donne naissance à une nouvelle médiation thérapeutique car elle permet aux adolescentes de penser différemment leur corps.
L’exposition présente cette démarche. Elle propose un va-et-vient permanent entre les représentations de notre société et des objets issus d’autres civilisations. Elle pose donc une question contemporaine, celle de l’anorexie, et tente d’y répondre en interrogeant la façon dont d’autres civilisations se représentent l’idéal féminin. Elle nous interroge sur nos valeurs collectives, montrant à quel point elles peuvent influer sur nos comportements individuels jusqu’à la maladie. Le parcours scénographique, qui fait appel à la psychiatrie, la philosophie, l’anthropologie, nous conduit dans le domaine plus intime des angoisses de l’adolescence. Il interpelle le visiteur sur l’image de son corps et le malaise qui se crée lorsqu’on prend conscience qu’il ne correspond pas aux modèles que la société nous impose.
Cette nouvelle exposition du musée d’Aquitaine invite à découvrir un univers complexe et ouvre à l’échange, à la rencontre, au débat autour de cette question de l’adolescence. Elle est aussi l’occasion de présenter pour la première fois quelques trésors remarquables des civilisations égyptiennes, africaines et sud américaines conservés dans les réserves du musée.

Informations pratiques
Ouvert tous les jours sauf lundis et jours fériés
de 11 heures à 18 heures
Collections permanentes : gratuites
Expositions : 5 € ; réduit : 2,50 €

Commissariat de l’exposition François Hubert, conservateur en chef,directeur du musée d’Aquitaine et Christian Block, assistant qualifié de conservation,
Chargé du projet Docteur Xavier Pommereau, psychiatre, chef de service du Pôle Aquitain de l’Adolescent, Centre Abadie
Scénographe Jean-Loup Walraeth
Graphisme Catherine Delsol
Mécénat Crédit Commercial du Sud-Ouest

Contacts presse
Musée :Virginie Ardouin-Enriquez, 05 56 01 51 33
v.enriquez@mairie-bordeaux.fr

Mairie de Bordeaux : Nicolas Corne n.corne@mairie-bordeaux.fr
Maryvonne Fruauff m.fruauff@mairie-bordeaux.fr
Michèle Walter-Canales m.walter@mairie-bordeaux.fr

Tél. : 05 56 10 20 46 – Fax 05 56 10 21 76

CHU de bordeaux : frédérique Albertoni
frederique.albertoni@chu-bordeaux.fr
Tel : 05 56 79 53 42

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.