Ados : les bienfaits de l’activité physique démontrés par les chercheurs lillois

L’activité physique a-t-elle un impact sur les capacités d’attention chez les enfants et les adolescents ? Les chercheurs lillois* ont répondu à cette question en menant une étude auprès de 273 jeunes. Test à l’appui, ils confirment qu’un enfant qui pratique une heure d’activité physique par jour aura une capacité accrue d’attention à l’école par rapport à d’autres enfants plus sédentaires

L’activité physique a-t-elle un impact sur les capacités d’attention chez les enfants et les adolescents ? Les chercheurs lillois* ont répondu à cette question en menant une étude auprès de 273 jeunes. Test à l’appui, ils confirment qu’un enfant qui pratique une heure d’activité physique par jour aura une capacité accrue d’attention à l’école par rapport à d’autres enfants plus sédentaires.
« Des enfants plus attentifs et concentrés à l’école grâce à une heure d’activité physique modérée à intense par jour ». Telle est l’hypothèse que vient de confirmer HELENA (Healthy Lifestyle in Europe by Nutrition in Adolescence). Cette étude épidémiologique d’envergure européenne a notamment cherché à identifier le rôle joué de l’activité physique dans la capacité d’attention d’un enfant. Les chercheurs ont comparé les résultats d’attention entre les adolescents les plus actifs et les plus sédentaires. Menée en 2006 et 2007, l’étude a porté sur une cohorte de 273 adolescents, âgés de 12 à 17 ans. Les jeunes ont dût remplir un test de l’attention appelé « d2 ». Développé, à l’origine, pour l’évaluation de l’aptitude à la conduite, le d2 est devenu l’un des tests de référence en matière de mesure de l’attention à travers le monde. Ce test de référence consiste à barrer les lettres « d » accompagnées de deux traits (d’où le nom de « d2 ») au milieu d’éléments perturbateurs. Cette épreuve ne dépend pas de l’intelligence de la personne testée mais de son aptitude à discerner les détails.
Financée par des crédits européens, l’étude vient d’être publiée* récemment dans The Journal of Pediatrics**
La sédentarité : un problème de santé publique
L’activité physique joue un rôle essentiel par rapport à la santé, au bien -être et à la qualité de vie de tous, et elle est particulièrement importante pour les enfants et les jeunes. Les habitudes formées tôt sont souvent prises pour la vie. Il a été montré que l’activité physique est bénéfique à tout âge et aide les enfants notamment à fortifier leur cœur et leurs poumons pour les maintenir en bonne santé ; conserver un poids de santé ; réduire leur risque de souffrir de problèmes de santé.
Comment encourager ses enfants à pratiquer une activité physique ?
En choisissant des activités adaptées à l’âge de ses enfants et à leur stade de développement. En leur laissant beaucoup de temps pour participer à des activités structurées comme les sports organisés et à des activités non structurées comme jouer au parc.
Et ne pas oublier que les parents donnent l’exemple. C’est en les suivant que les enfants apprennent les plaisirs d’une vie active saine. Les équipes recommandent de pratiquer des activités physiques régulières en famille et mangez sainement. Plus facile lorsque ces habitudes font partie de la routine quotidienne.
* Equipe du Pr. Frédéric GOTTRAND Modulation nutritionnelle de l’inflammation et de l’Infection,
(CHRU de Lille, Université de Lille, INSERM U995 )
** Vanhelst J, Béghin L., Duhamel A., Manios Y., Molnar D., De Henauw S., Moreno L., Ortega Francisco B, Sjostrom M., Widhalm K., Gottrand F. Physical activity is associated with attention capacity in adolescents. The Journal of Pediatrics,

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.