Affirmation des ambitions du contrat d’objectifs et de moyens

Le deuxième contrat d'objectifs et de moyens, entre le CHU d'Angers et l'ARH, a été signé voilà déjà 3 ans. 10,67 millions d'euros étaient dès lors accordés au CHU, ainsi que la création de 121 postes, pour conforter l'activité des services de soins et assurer la pérennité de l'expertise angevine sur la période courant jusqu'à 2005. L'ARH affirmait ainsi le rôle pivot du CHU dans l'organisation sanitaire des Pays de la Loire. Depuis 9 avenants sont venus confirmer et actualiser les ambitions de cet accord de portée régionale.

Le deuxième contrat d’objectifs et de moyens, entre le CHU d’Angers et l’ARH, a été signé voilà déjà 3 ans. 10,67 millions d’euros étaient dès lors accordés au CHU, ainsi que la création de 121 postes, pour conforter l’activité des services de soins et assurer la pérennité de l’expertise angevine sur la période courant jusqu’à 2005. L’ARH affirmait ainsi le rôle pivot du CHU dans l’organisation sanitaire des Pays de la Loire. Depuis 9 avenants sont venus confirmer et actualiser les ambitions de cet accord de portée régionale.

Ces avenants permettent de conforter les objectifs initiaux du contrat, à savoir :

– Renforcer et développer les activités existantes, l’accessibilité et la coordination des soins,

– Innover et développer l’excellence, la qualité et la sécurité,

– Soutenir le projet social.

Au second semestre 2004, alors que le CHU d’Angers est sur le point de se lancer dans sa 2e accréditation, le Contrat d’objectif et de moyens bénéficie d’adaptations importantes. Celles-ci ont été contractualisées par 4 avenants. Ces derniers doivent permettre tant de développer les activités de pointe telle la chirurgie cardiaque, que conforter la culture qualité de l’établissement ou encore retrouver un équilibre budgétaire tout en réalisant des investissements d’envergure.

La première de ces 4 mesures (avenant 6) concerne le financement d’une vaste opération immobilière engagée par le CHU : la restructuration du secteur Sainte Marie Nord. Ainsi l’ARH financera, dans le cadre du volet investissement du Plan Hôpital 2007, 82 % de ce projet au budget total de 25,1 millions d’euros.

Un retour à l’équilibre financier programmé pour 2007

La deuxième de ces mesures est déclinée dans le 7e avenant au Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM). Celui-ci précise les termes d’un financement de 2 080 000 euros. Accordé dans le cadre de la réforme du financement des hôpitaux, cet apport permettra au CHU d’Angers d’apurer ses comptes à hauteur de 50 % du déficit. Cette subvention est conditionnée à un engagement contractuel de retour à l’équilibre budgétaire. A cet effet, le CHU a validé un plan de maîtrise budgétaire qui devrait lui permettre un retour à l’équilibre à échéance de 2007. Enfin, une dotation complémentaire de 1 240 000 euros a été attribuée en fin d’année au CHU permettant de palier l’apurement des comptes de 50% à 80%.

La chirurgie cardiaque confirmée comme pôle d’excellence du CHU

Le 8e avenant, quant à lui, soutient le développement de la chirurgie cardiaque pour mieux répondre aux besoins régionaux. Celui-ci donne les moyens au service de chirurgie cardiaque de réaliser, à échéance de fin 2006, 530 interventions sous CEC par an (contre 430 actuellement). Pour permettre cette montée en charge, l’ARH alloue dès 2004 au CHU un financement de 500 000 euros.

La valorisation de l’action du CHU en matière d’accréditation

Enfin la dernière mesure (avenant 9) valorise l’action de l’établissement en matière de qualité. Premier CHU accrédité dès 2001, c’est assez naturellement que sa candidature a été retenue pour tester la deuxième version du manuel d’accréditation de l’Anaes. Dans ce cadre, l’ARH lui a accordé, par la signature d’un avenant au COM, un financement de 110 000 euros. A cette occasion, il faut citer la réalisation en 2004 de la 3e enquête de satisfaction des patients CHU. Cette enquête sera précieuse pour préparer l’accréditation nouvelle en juin 2005 et pour l’élaboration du 3e projet d’établissement qui débutera 2005.

Ces 4 avenants soulignent la réactivité du CHU face aux évolutions attendues du système de santé français.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.