Agnès Buzyn à la rencontre des professionnels de santé du CHU d’Angers le 2 nov. 2017

La santé des mineurs non accompagnés et le lancement de la campagne Moi(s) sans tabac sont les deux temps forts de la visite ministérielle. Ce jeudi 2 novembre après-midi, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, se rendra à la cité administrative pour y découvrir le parcours santé personnalisé proposés aux jeunes ainsi que le « Passeport santé » qui leur est remis. Ce document renseigne sur les rendez-vous médicaux à prendre et le suivi des vaccinations. Élaboré par le conseil départemental du Maine-et-Loire et l’Agence régionale de santé le Passeport sert aussi de support de coordination pour le réseau territorial d’acteurs de santé parmi lesquels le CHU d’Angers et sa Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS).
La santé des mineurs non accompagnés et le lancement de la campagne Moi(s) sans tabac sont les deux temps forts de la visite ministérielle. Ce jeudi 2 novembre après-midi, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, se rendra à la cité administrative pour y découvrir le parcours santé personnalisé proposés aux jeunes ainsi que le « Passeport santé » qui leur est remis. Ce document renseigne sur les rendez-vous médicaux à prendre et le suivi des vaccinations. Elaboré par le conseil départemental du Maine-et-Loire et l’Agence régionale de santé le Passeport sert aussi de support de coordination pour le réseau territorial d’acteurs de santé parmi lesquels le CHU d’Angers et sa Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS). 
La ministre se rendra ensuite aux côtés des professionnels de santé dont ceux du CHU mobilisés sur la « Fan Zone » du Moi(s) sans tabac, place du Ralliement. L’occasion de faire connaître la démarche de soins de l’Unité de Coordination de Tabacologie (UCT). Créée en 2000 à la suite d’un appel à projet, cette unité, pilotée par le Dr Claude Guillaumin*, réunit 14 professionnels de santé : tabacologues, psychologues, sage-femme, diététicienne, coach sportif 

Adapter le sevrage au profil de chaque fumeur

Pour réussir l’arrêt du tabac et éviter les rechutes, l’équipe tient compte de la motivation du fumeur, de ses projets, sa confiance en ses capacités d’arrêt et des dépendances pharmacologique et comportementale qui peuvent exister. Un protocole structuré et adapté est alors proposé au patient. Il s’agit de travailler sur sa motivation, de lever certains freins, de l’« équiper » le patient pour qu’il apprenne à vivre sans fumer et résiste aux envies de cigarettes, parfois impérieuses.

Pour les dépendances pharmacologiques (le besoin de fumer) des médicaments peuvent être prescrits par les cinq médecins tabacologues. Deux addictologues traiteront les autres addictions éventuellement associées.
Quant aux dépendances comportementales, elles peuvent être contrer par des thérapies comportementales déployées dans le cadre d’ateliers animés par une diététicienne et une « coach en activité physique adaptée ». La gestion des émotions est un point important de l’accompagnement proposé par l’UCT. L’un des psychologues, expert de la relaxation et de la pleine conscience, organise des ateliers collectifs et des entretiens individuels. Le second s’appuie sur les thérapies virtuelles pour accélérer les changements d’habitudes. Un atelier est spécifiquement dédié aux personnes qui fument par ennui. Enfin les femmes de tout âge, enceinte ou non, sont reçues une sage-femme tabacologue 
Contact de l’Unité de Coordination de Tabacologie du CHU d’Angers 
Secrétariat ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h. Infos et prises de rendez-vous au 02 41 35 58 45 ou par courriel : unitetabacologie@chu-angers.fr
Un soutien téléphonique existe tous les jours de la semaine
* l’Unité de Coordination de Tabacologie (UCT) est implantée au sein du service de pneumologie dirigé par le Professeur Thierry Urban

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.