Agnès Buzyn alloue 150 millions d’euros annuels à l’investissement quotidien des hôpitaux

Dans le cadre de la troisième délégation de crédits aux établissements de santé, qui intègre le reversement intégral des crédits mis en réserve en début d’exercice, Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, alloue 150 millions d’euros aux hôpitaux pour leur besoin d’investissement du quotidien. Ces crédits seront disponibles dès ce mois de janvier.
Dans le cadre de la troisième délégation de crédits aux établissements de santé, qui intègre le reversement intégral des crédits mis en réserve en début d’exercice, la ministre des Solidarités et de la Santé, alloue 150 millions d’euros aux hôpitaux pour leur besoin d’investissement du quotidien. Ces crédits seront disponibles dès ce mois de janvier.
Dans le cadre du plan «Investir pour l’hôpital», le Premier ministre et la ministre des Solidarités et de la Santé avaient pris l’engagement le 20 novembre dernier de consacrer spécifiquement 150 M€ de crédits chaque année pendant 3 ans à l’’investissement quotidien dans les hôpitaux. 
Agnès BUZYN a décidé d’allouer 150 M€ dès la 3ème circulaire budgétaire de 2019, afin que les crédits puissent être disponibles dans les hôpitaux dès ce mois de janvier. 
Il s’agit de permettre aux établissements d’acheter, sans attendre, le matériel indispensable au travail des soignants au quotidien: équipements et petits matériels, ou petites opérations de travaux qui impactent le quotidien des services de soins.
Cette troisième délégation de crédits aux établissements de santé permet également d’amorcer le renforcement du financement dédié aux missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) avec la délégation de 11 M€ complémentaires.

Soit 830 M€ de crédits supplémentaires

Conformément aux engagements pris par la ministre dans le cadre du pacte de refondation des urgences, des crédits sont alloués aux hôpitaux pour favoriser l’admission directe des personnes âgées dans les services d’hospitalisation, sans passage par les urgences. 
Enfin, cette délégation de crédits traduit l’engagement de la ministre en faveur de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent avec l’allocation d’une enveloppe de 20 M€ de crédits pour couvrir en priorité les territoires non pourvus ou sous dotés au regard des besoins de la population, notamment en offre d’hospitalisation pour mineurs.
Ce sont ainsi 830 M€ de crédits supplémentaires qui sont rendus disponibles pour les établissements de santé dès ce début d’année 2020 via la troisième circulaire budgétaire. Une ultime phase de délégation de crédits interviendra d’ici le début du mois de mars afin de tenir compte le plus finement possible de la réalité de l’activité hospitalière réalisée en 2019.
Source: Communiqué de presse – Agnès BUZYN – Délégation de crédits hôpitaux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.