Agriculteurs : 70% des aliments servis au CHU de Saint-Etienne d’origine française

Suite à la visite inopinée des représentants d'agriculteurs au CHU de Saint-Etienne, le 30 juillet 2015, Frédéric Boiron, Directeur général a souhaité faire le point sur la provenance des denrées alimentaires livrées aux cuisines de l'établissement. Les résultats disponibles le 4 août 2015 ont été communiqués à la presse : 70% des produits sont d'origine française, 30% proviennent d'Europe -

Suite à la visite inopinée des représentants d’agriculteurs au CHU de Saint-Etienne, le 30 juillet 2015, Frédéric Boiron, Directeur général a souhaité faire le point sur la provenance des denrées alimentaires livrées aux cuisines de l’établissement. Les résultats disponibles le 4 août 2015 ont été communiqués à la presse : 70% des produits sont d’origine française, 30% proviennent d’Europe – Ce taux varie en fonction des aliments. Ainsi 100% des pâtisseries et produits laitiers sont estampillés France de même que 85% de l’épicerie, 60% des viandes, volailles et poissons. Par contre la moitié des légumes surgelés provient de pays de l’Union Européenne.
La diététique présente le moins de produits d’origine nationale : 30% seulement, du fait de l’importance de l’offre européenne dans cette gamme.
Le CHU de Saint-Etienne rappelle également les contraintes imposées par le code des marchés publics qui interdit de choisir un produit uniquement en fonction de sa provenance. Le débat de société penche pour l’assouplissement de cette réglementation afin de favoriser les circuits courts. Pour l’heure, l’état de droit ne permet pas d’attribuer les marchés publics sur la base d’une préférence locale ou nationale sans méconnaître le principe d’égalité de traitement des candidats qui s’applique au niveau national et européen.

Sur le même sujet
Délégation d’agriculteurs : échanges constructifs avec le CHU de Saint-Etienne – 31 juillet 2015

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.