Aide à la procréation : impression en 3D de l’embryon préimplantatoire, une 1ère en France

Pour la 1ère fois en France, des spécialistes de la reproduction ont pu observer en 3D l’embryon humain conçu in vitro et imprimer très exactement sa morphologie en 3D, conformément aux règles éthiques. Grâce à cette représentation ultra-précise, de l’ordre du micromètre, il est possible d’améliorer l’évaluation morphologique de l’embryon préimplantatoire et par là même d’accroître les taux de succès en Assistance Médicale à la Procréation. Un succès pour le département de Biologie de la Reproduction du CHU de Montpellier, un des meilleurs de France.

Pour la 1ère fois en France, des spécialistes de la reproduction ont pu observer en 3D l’embryon humain conçu in vitro et imprimer très exactement sa morphologie en 3D, conformément aux règles éthiques. Grâce à cette représentation ultra-précise, de l’ordre du micromètre, il est possible d’améliorer l’évaluation morphologique de l’embryon préimplantatoire et par là même d’accroître les taux de succès en Assistance Médicale à la Procréation. Un succès pour le département de Biologie de la Reproduction du CHU de Montpellier, un des meilleurs de France. Sous la direction du Pr Samir Hamamah, l’équipe s’investit au quotidien aux côtés des parents pour obtenir d’excellents résultats.

Modélisation et impression 3D des embryons – schéma explicatif – CHRU de Montpellier

Cette nouvelle technologie a été mise au point grâce à une étroite collaboration entre des spécialistes de la reproduction, le Pr Samir Hamamah, chef de service du département de Biologie de la Reproduction et diagnostic préimplantatoire, le Dr Elodie Scalici, Assistante-Hospitalo-universitaire dans le département de Biologie de la Reproduction, et le Dr Samuel Mérigeaud de la société Tridilogy. Cette invention apportera une aide précieuse aux biologistes pour la sélection des embryons à fort potentiel implantatoire et constituera également un outil explicatif précieux pour les patients et pour les étudiants dans la discipline.
Un brevet international sur cette technique a été déposé le 1er juillet 2014.
En savoir plus sur l’évaluation morphologique
Jusqu’à présent, l’évaluation morphologique était le seul moyen dont disposaient les biologistes pour  sélectionner les embryons capables de s’implanter dans la cavité utérine. Mais, cette évaluation, réalisée de manière conventionnelle au microscope optique, avait ses limites puisque 85% des embryons conçus in vitro ne réussissaient pas à s’implanter.
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.