Aide à la procréation : impression en 3D de l’embryon préimplantatoire, une 1ère en France

Pour la 1ère fois en France, des spécialistes de la reproduction ont pu observer en 3D l’embryon humain conçu in vitro et imprimer très exactement sa morphologie en 3D, conformément aux règles éthiques. Grâce à cette représentation ultra-précise, de l’ordre du micromètre, il est possible d’améliorer l’évaluation morphologique de l’embryon préimplantatoire et par là même d’accroître les taux de succès en Assistance Médicale à la Procréation. Un succès pour le département de Biologie de la Reproduction du CHU de Montpellier, un des meilleurs de France.

Pour la 1ère fois en France, des spécialistes de la reproduction ont pu observer en 3D l’embryon humain conçu in vitro et imprimer très exactement sa morphologie en 3D, conformément aux règles éthiques. Grâce à cette représentation ultra-précise, de l’ordre du micromètre, il est possible d’améliorer l’évaluation morphologique de l’embryon préimplantatoire et par là même d’accroître les taux de succès en Assistance Médicale à la Procréation. Un succès pour le département de Biologie de la Reproduction du CHU de Montpellier, un des meilleurs de France. Sous la direction du Pr Samir Hamamah, l’équipe s’investit au quotidien aux côtés des parents pour obtenir d’excellents résultats.

Modélisation et impression 3D des embryons – schéma explicatif – CHRU de Montpellier

Cette nouvelle technologie a été mise au point grâce à une étroite collaboration entre des spécialistes de la reproduction, le Pr Samir Hamamah, chef de service du département de Biologie de la Reproduction et diagnostic préimplantatoire, le Dr Elodie Scalici, Assistante-Hospitalo-universitaire dans le département de Biologie de la Reproduction, et le Dr Samuel Mérigeaud de la société Tridilogy. Cette invention apportera une aide précieuse aux biologistes pour la sélection des embryons à fort potentiel implantatoire et constituera également un outil explicatif précieux pour les patients et pour les étudiants dans la discipline.
Un brevet international sur cette technique a été déposé le 1er juillet 2014.
En savoir plus sur l’évaluation morphologique
Jusqu’à présent, l’évaluation morphologique était le seul moyen dont disposaient les biologistes pour  sélectionner les embryons capables de s’implanter dans la cavité utérine. Mais, cette évaluation, réalisée de manière conventionnelle au microscope optique, avait ses limites puisque 85% des embryons conçus in vitro ne réussissaient pas à s’implanter.
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.