BPCO, la maladie des fumeurs : le CHUGA coordonne Airflow2 un essai clinique européen

Le service de pneumologie du CHU Grenoble Alpes coordonne un essai clinique européen basé sur l’endoscopie bronchique interventionnelle et une innovation de la société américaine Holaira. Les premiers patients ont été traités à Grenoble.

Le service de pneumologie du CHU Grenoble Alpes coordonne un essai clinique européen basé sur l’endoscopie bronchique interventionnelle et une innovation de la société américaine Holaira. Les premiers patients ont été traités à Grenoble.
La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO est une maladie évolutive très handicapante qui oblitère les voies aériennes et les poumons. Elle constitue l’une des principales causes de morbidité et de mortalité, bien qu’elle demeure peu connue. Elle touche en France près de 8 % de la population de plus de 40 ans et 20 % des fumeurs.
Les seuls traitements existant aujourd’hui sont de nature médicamenteuse et s’avèrent contraignants pour les patients. La société américaine Holaira a inventé un système de dénervation pulmonaire pour ces patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive. Le CHUGA a été choisi pour participer à une étude clinique européenne visant à tester cette nouvelle technologie au côté de différents établissements européens.
« Cet essai clinique, baptisé Airflow2, est une procédure bronchoscopique mini-invasive qui utilise un cathéter spécial à radiofréquences, pour apporter une thérapie ablative qui ouvre les voies respiratoires obstruées afin d’améliorer la respiration » explique le Pr Christophe Pison, chef du service pneumologie du CHU Grenoble Alpes et coordinateur européen de cette étude.
Les premiers patients ont été traités au CHU Grenoble Alpes par le Dr Amandine Briault, pneumologue, qui assure les interventions endoscopiques.
Sur les 80 patients qui participeront à cette étude clinique européenne, le CHU Grenoble Alpes devrait traiter une vingtaine de cas ce qui donne le statut de leader à l’établissement public de santé grenoblois.
Etude randomisée en double aveugle
L’étude clinique européenne Airflow 2 est actuellement en phase 2 afin d’établir la démonstration de faisabilité et d’évaluer la sécurité de l’innovation. Les 80 patients qui vont participer à cette étape de recherche, seront répartis en deux groupes : le groupe contrôle et le groupe recevant l’intervention. Un tirage au sort est réalisé au bloc. Ni les patients ni les chercheurs connaissent leur groupe afin d’obtenir des résultats les plus justes possibles concernant les réels impacts de cette intervention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.