Alain Juppé, réélu président du conseil de surveillance du CHU de Bordeaux

Lors du conseil de surveillance qui s’est tenu vendredi 4 juillet 2014 à la direction générale du CHU de Bordeaux, les membres ont procédé à l’élection du Président parmi le collège des représentants des collectivités territoriales et le collège des personnalités qualifiées. Alain Juppé a été réélu à la tête de l'instance. Marie Laurent Daspas a été désignée Vice-présidente.

Lors du conseil de surveillance qui s’est tenu vendredi 4 juillet 2014 à la direction générale du CHU de Bordeaux, les membres ont procédé à l’élection du Président parmi le collège des représentants des collectivités territoriales et le collège des personnalités qualifiées. Alain Juppé a été réélu à la tête de l’instance. Marie Laurent Daspas a été désignée Vice-présidente.
Les membres du Conseil de Surveillance
Selon l’arrêté du 13 juin 2014, la composition du conseil de surveillance du CHU de Bordeaux est la suivante : 15 membres – répartis en 3 collèges – dont la durée des fonctions est établie à 5 ans.
1. Collège des représentants des collectivités territoriales
. Alain Juppé, Maire de Bordeaux
. Nicolas Brugere, représentant de la communauté urbaine de Bordeaux
. Daniel Jault, représentant du conseil général de la Gironde
. Jean-Pierre Lotterie, représentant du conseil général de la Dordogne
. Solange Menival, représentante de la région Aquitaine
2. Collège des représentants du personnel
. Catherine Augustyniak, représentante de la commission de soins infirmiers de rééducation et médico-techniques
. Pr Michel Dupon et Dr François Rouanet, représentants de la commission médicale d’établissement
. Didier Amiable et Marie-Ange Couaillac, représentants désignés par les organisations syndicales
3. Collège des personnalités qualifiées
. Dr Jacques Mas et Françoise Tissot, personnalités qualifiées désignées par le directeur général de l’Agence régionale de santé
. Jacques Deschamps, personnalité qualifiée désignée par le préfet
. Marie Laurent Daspas et François Holzl, représentants des usagers désignés par le préfet
Le Conseil de Surveillance se prononce sur la stratégie de l’établissement et exerce le contrôle permanent de sa gestion de l’établissement.
L’appellation  « Conseil de Surveillance » succède à celle de « Conseil d’Administration » selon les dispositions de la loi HPST – Hôpital, patients, santé et territoires – du 21 juillet 2009.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.