Alcool, jeux, drogues : ouverture à Dijon d’un centre d’addictologie universitaire régional

Avec 10 lits d’hospitalisation complète en court séjour et 10 places d’hôpital de jour, le nouveau Centre d’addictologie universitaire régional du CHU Dijon Bourgogne est en mesure de répondre dans un délai très court aux demandes d’hospitalisations non programmées. Il évitera aux patients bourguignons d’être réorientés sur d’autres territoires faute de structures adaptées localement.

Avec 10 lits d’hospitalisation complète en court séjour et 10 places d’hôpital de jour, le nouveau Centre d’addictologie universitaire régional du CHU Dijon Bourgogne est en mesure de répondre dans un délai très court aux demandes d’hospitalisations non programmées. Il évitera aux patients bourguignons d’être réorientés sur d’autres territoires faute de structures adaptées localement. Ce service unique en Bourgogne conforte le rôle du CHU en tant qu’établissement de recours régional. Reconnu centre de référence régional pour les addictions sans substances, il participe aussi au rayonnement de son expertise.
Une structure de niveau 3 pour l’ensemble de la Bourgogne
Le centre accueille les patients pour tout sevrage complexe, notamment les poly-toxicomanies, et ce quelle que soit la nature de l’addiction. Si la dépendance à l’alcool reste majoritaire, de nombreuses autres dépendances sont aussi traitées, telles que les addictions sans substances comme le jeu pathologique.
Pour répondre aux problématiques spécifiques de l’addiction, le CHU Dijon Bourgogne a déployé des moyens importants. La prise en charge est assurée par une équipe pluridisciplinaire de plus de 30 professionnels : addictologues et psychiatres, médecins somatiques, infirmiers, aides-soignants, psychologues, assistant social, diététicien, éducateurs sportifs… Ils interviennent auprès de chaque patient, dans le cadre du parcours de soins individualisé.
Un projet médical fondé sur l’éducation thérapeutique collective
Enfermées dans leur dépendance, les personnes souffrant de conduites addictives subissent les conséquences d’un cercle vicieux qui tend à les isoler progressivement. L’objectif est donc de les accompagner pour leur permettre de réacquérir leur autonomie et de gérer leurs impulsions.
Dans ce cadre, l’hôpital de jour du centre d’addictologie offrira un panel de soins complexes et de médiations thérapeutiques par le collectif, favorisant l’accompagnement des patients au long cours, tout en limitant dans la mesure du possible leur hospitalisation à temps complet.

L’appui de la recherche
De statut universitaire, le Centre d’addictologie s’inscrit dans une dynamique de recherche, essentielle pour faire progresser les connaissances. A ce titre, le CHU Dijon Bourgogne coordonne une étude national à laquelle participent plusieurs établissements français sur l’évaluation de l’impact de la stimulation cérébrale chez des personnes souffrant d’une addiction à l’alcool.
La création du Centre d’addictologie universitaire régional marque une étape importante dans la prise en charge des personnes souffrant de conduites addictives en Bourgogne. L’ouverture de ce centre s’inscrit ainsi en lien avec la signature d’une convention portant constitution d’une fédération inter-hospitalière en addictologie entre le CHU et le Centre Hospitalier la Chartreuse. Par son expertise et son offre de soin, cette unité a vocation à fédérer autour d’elle l’ensemble des acteurs intervenant dans ce cadre (médecins généralistes, services d’urgence, hôpitaux locaux, établissements médico-sociaux…). L’objectif pour tous est désormais de mieux déceler les comportements à risques pour anticiper au plus tôt le suivi des personnes concernées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.