Alerte Epidémies hivernales : niveau 2 à Paris

Face à l'épidémie croissante de grippe et à l'augmentation des recours à ses services d'urgences, des SAMU-centres 15, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) demande à tous ses établissements d’activer le niveau 2 du plan « épidémies hivernales »*. Ce dispositif est déclenché dès l’apparition des premiers signes d’un impact épidémique sur l’activité hospitalière. Il renforce les mesures d’organisation pour maintenir le maximum de capacités d’accueil.

Face à l’épidémie croissante de grippe et à l’augmentation des recours à ses services d’urgences, des SAMU-centres 15, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) demande à tous ses établissements d’activer le niveau 2 du plan « épidémies hivernales »*. Ce dispositif est déclenché dès l’apparition des premiers signes d’un impact épidémique sur l’activité hospitalière. Il renforce les mesures d’organisation pour maintenir le maximum de capacités d’accueil.
Ce plan comprend la mise en place de cellules de crise au niveau des 12 groupes hospitaliers et de la direction générale de l’APHP avec un suivi quotidien des indicateurs d’activité et de la disponibilité en lits. Ainsi qu’une série de mesures graduées telles que : 
> Des sorties anticipées et de l’aide au maintien à domicile avec le soutien des équipes de l’Hospitalisation à Domicile de l’AP-HP pleinement mobilisées ; 
> La déprogrammation de certaines activités programmées moins urgentes ; 
> Le regroupement de patients atteints d’infections respiratoires ; 
> Des mesures « d’hébergement » dans un service de spécialité différente, limité dans le temps et organisé en terme de prise en charge médicale ; 
> L’ouverture supplémentaire de lits.
L’AP-HP adapte ainsi au mieux ses capacités anticipant un nouveau pic d’activité probable lors du week-end du Nouvel An. D’ores et déjà l’AP-HP enregistre une occupation importante dans les services d’urgences adultes et pédiatriques, en aval des urgences et dans les services de réanimation notamment. "Le nombre de recours aux urgences pour syndrome grippal est très élevé, supérieur à celui observé au pic de l’épidémie de l’année dernière, tant pour les adultes qu’en pédiatrie. Il paraît probable que l’impact de l’épidémie sur l’activité hospitalière soit maximum ce week-end et la semaine prochaine." précise le communiqué en date du 29 décembre 2017. 
Les derniers bulletins de Santé publique France montrent qu’en effet l’épidémie de grippe continue à sévir et qu’elle connaît une phase croissante en Ile-de-France.
Cette année comme c’est le cas habituellement à cette période, un peu plus de 80 % des lits médecine-chirurgie-obstétrique sont ouverts à l’AP-HP cette semaine. Des réouvertures de lits sont prévues la semaine du 1er janvier (90%) et la semaine du 8 janvier avec la fin des vacances scolaires (près de 100%).
L’AP-HP reste vigilante quant à l’évolution de la situation en lien avec les autorités sanitaires.
* Le niveau 2 du plan « épidémies hivernales »* est pour partie une déclinaison spécifique du dispositif « hôpital en tension » qui comprend une série de mesures anticipées et hiérarchisées pouvant être mises en œuvre dans un délai court, pour gérer un épisode de tension hospitalière quelle qu’en soit la cause et notamment lors de phénomènes épidémiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.