Alliance régionale pour la médecine de demain : le projet MiMédi

Les médicaments innovants (Médi) dont les médicaments de thérapie innovante, représentent un nouvel espoir pour de nombreux patients atteints de cancers, de maladies auto-immunes ou inflammatoires. Contrairement aux médicaments « classiques », ces thérapies de nouvelle génération sont élaborées à partir de composants du vivant (gènes, cellules ou tissus) et leur la fabrication nécessite des technologies lourdes, coûteuses et un environnement complexe de production (salle blanche). Autant de contraintes qui limitent la mise à disposition au plus grand nombre. Avec le projet MiMédi, Besançon est en passe de faire sauter ces verrous. Grâce à ce bioréacteur automatisé et modulable, une production de Médi optimisée et sécurisée et à moindre coût pourra être lancée au profit des nombreux patients en attente de ces traitements innovants.

Les médicaments innovants (Médi) dont les médicaments de thérapie innovante, représentent un nouvel espoir pour de nombreux patients atteints de cancers, de maladies auto-immunes ou inflammatoires. Contrairement aux médicaments « classiques », ces thérapies de nouvelle génération sont élaborées à partir de composants du vivant (gènes, cellules ou tissus) et leur la fabrication nécessite des technologies lourdes, coûteuses et un environnement complexe de production (salle blanche). Autant de contraintes qui limitent la mise à disposition au plus grand nombre. Avec le projet MiMédi, Besançon est en passe de faire sauter ces verrous. Grâce à ce bioréacteur automatisé et modulable, une production de Médi optimisée et sécurisée et à moindre coût pourra être lancée au profit des nombreux patients en attente de ces traitements innovants.

Un projet associant des compétences en microtechniques (Mi) à celles de la production de médicaments innovants (Médi)

En Franche-Comté, dix partenaires académiques et industriels se sont fédérés autour du projet MiMédi pour construire un bioréacteur et lancer une production maitrisée et à grande échelle. Ce bioréacteur « miniaturisera » et automatisera tout le processus de fabrication d’un Médi : de la multiplication, sélection et modification de cellules (par exemple sanguines) prélevées chez un patient jusqu’au conditionnement puis la libération du Médi qui sera administré à ce même patient. 
Au terme de leur production et de leurs qualifications, les Médi seront évalués au CHU de Besançon pour leur sécurité et leur efficacité. Le Centre d’Investigation Clinique du CHU (CIC Inserm 1431) via son module « Biothérapies » concevra et conduira les études cliniques précoces de phase I et II. Au travers du projet MiMédi, le CHU et son CIC renforcent la dynamique d’un écosystème régional porteur. L’alliance biothérapies et innovations technologiques va contribuer à l’essor de nouveaux traitements personnalisés avec un bénéfice thérapeutique direct pour les patients et économique pour le système de santé.
MIMEDI est un programme de recherche de 4 ans. Le bioreacteur le plus abouti sera donc disponible en 2022. Toutefois des résultats préliminaires et de démonstrateurs partiels seront disponibles dès la troisième année. 
Le projet collaboratif MiMédI – Microtechniques (Mi) pour les Médicaments Innovants (Médi) – s’inscrit dans le cadre du programme de spécialisation intelligente (RIS3) d’un coût total de 13,6 M€ et financé à hauteur de 75 % par les fonds FEDER et cofinancé en partie par le fonds régional d’innovation Bourgogne Franche-Comté. 
Il associe les sociétés ILSA, chef de file du projet, SMALTIS, AUREA Technology, Diaclone, BioExigence, MED’INN’ Pharma, ainsi que l’Etablissement Français du Sang Bourgogne Franche-Comté, l’institut FEMTO-ST (UMR 6174), l’UMR 1098 « Interactions Hôte-Greffon-Tumeur & Ingénierie Cellulaire et Génique », FEMTO Engineering et le CIC Inserm 1431 du CHU de Besançon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.