Alzheimer : la mémoire « cultivée » au CHU de Nancy

Le jardin « art, mémoire et vie » du CHU de Nancy, jardin thérapeutique pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, est une innovation dans le paysage hospitalier français. La présence du Professeur Joël Ménard, président de la Mission nationale Alzheimer pour son inauguration en est la preuve ainsi que son ouverture au grand public à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, les 17 et 18 septembre 2010. Nature, art et culture se côtoient harmonieusement dans cette parenthèse urbaine dédiée à plus d'une centaine de patients pris en charge au CHU de Nancy, ainsi qu'à leurs proches. Le concept fondateur du jardin à visée thérapeutique est de réunir dans un même espace tout ce qui stimule les mécanismes cognitifs des patients à travers 4 thématiques fortes : la Terre, l'Eau, le Feu et le Vent mis en scène par le médecin sculpteur allemand, Reinhard Fescharek, qui pose là les principes du soin par la beauté.

Le jardin « art, mémoire et vie » du CHU de Nancy, jardin thérapeutique pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, est une innovation dans le paysage hospitalier français. La présence du Professeur Joël Ménard, président de la Mission nationale Alzheimer pour son inauguration en est la preuve ainsi que son ouverture au grand public à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, les 17 et 18 septembre 2010. Nature, art et culture se côtoient harmonieusement dans cette parenthèse urbaine dédiée à plus d’une centaine de patients pris en charge au CHU de Nancy, ainsi qu’à leurs proches. Le concept fondateur du jardin à visée thérapeutique est de réunir dans un même espace tout ce qui stimule les mécanismes cognitifs des patients à travers 4 thématiques fortes : la Terre, l’Eau, le Feu et le Vent mis en scène par le médecin sculpteur allemand, Reinhard Fescharek, qui pose là les principes du soin par la beauté.

A côté des thérapeutiques spécifiques et symptomatiques utilisées depuis une douzaine d’années, différentes approches non médicamenteuses se développent et font l’objet d’un intérêt grandissant compte tenu du nombre de malades concernés et de l’absence de traitement curatif à ce jour. Les études sur les jardins mis à disposition des patients dans les établissements de soins et d’hébergement, conçus comme espaces de déambulation sécurisée, recensent les différents bénéfices qu’en retirent les patients atteints de maladie d’Alzheimer : réduction des troubles du comportement, de l’agressivité et de l’agitation notamment. Ils permettent la pratique d’un exercice physique dans de bonnes conditions, procurant une amélioration de symptômes tels que les troubles de l’appétit et du sommeil.

Le jardin « art, mémoire et vie » du CHU de Nancy permet de rompre avec le cadre « artificiel » des services de soins souvent perçu comme stressant. Bien qu’implanté au coeur de la ville de Nancy, c’est un lieu accueillant, reposant et propice aux rencontres et aux échanges avec les proches. Véritable îlot dans l’environnement hospitalier, ses aménagements stimulent chez les patients atteints d’Alzheimer tout ce qui participe à leur autonomie. La mémoire, le langage, les émotions des patients sont sollicités par l’influence des saisons sur l’aspect du jardin et par l’échange affectif avec les accompagnants au cours des promenades.

La conception du jardin s’appuie sur des éléments naturels ou créés pour le projet
– des plantations : arbres, fleurs, bosquets avec leur cortège de couleurs, senteurs et textures
– des fontaines
– des sculptures directement accessibles et conçues pour les patients
La promenade dans le jardin encourage le repérage spatio-temporel et offre un cadre agréable pour une activité physique reconnue comme importante dans ce type de pathologie. Une attention particulière a été portée aux aspects apaisants et sécurisants du lieu. Des ateliers thérapeutiques et trangénérationnels, individuels ou en petits groupes, conçus pour transposer les méthodes de réhabilitation cognitive, s’y déroulent et utilisent le jardin comme support.

Le jardin « art, mémoire et vie » est :
– un lieu d’ouverture qui aide à rétablir le lien entre le patient et le monde extérieur : observation des activités quotidiennes des jardiniers, des visiteurs, des autres patients et de la vie du quartier urbain où il se situe. Le jardin, lien social, devient un sujet d’échanges, de conversation et de partage.

– un patrimoine européen fidèle à l’esprit de coopération franco allemande et européenne dans lequel le Pr Paul Spillmann oeuvra dans sa lutte contre la tuberculose. La conception a été confiée au sculpteur médecin allemand, Reinhard Fescharek, et artisans allemands et lorrains ont contribué à la réalisation de ses oeuvres destinées au jardin. Celui-ci abrite aussi une station météo et son thermomètre de Galilée, réalisés par les élèves de deux classes de terminale techniques, l’une allemande (la Berufliche Schulen des Landkreises Marburg-Biedenkopf in Kirchhain) et l’autre française (Lycée Polyvalent des métiers du Bâtiment et de l’Energie Emmanuel HÉRÉ de Laxou)

– un outil de formation, autour duquel s’organise au CHU de Nancy une session intitulée « Les apports des jardins à visée thérapeutique au cours de la maladie d’Alzheimer et leur aménagement pratique ». Conception et recommandations d’aménagement, gestion administrative, implication de l’équipe soignante, développement d’activités autour du jardin, communication : toutes les clés pour monter et valoriser un tel projet.
– un lieu d’accueil pour toute manifestation extérieure spécifiquement destinée à promouvoir une meilleure connaissance de la maladie d’Alzheimer et des soins qui s’y rattachent.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.