Alzheimer : le réseau vieillisement cérébral

Pour pallier le manque de consultations spécialisées, un Réseau Régional ?Vieillissement cérébral? a été créé réunissant l'AP-HM, la Ville de Marseille, des Centres Hospitaliers et des maisons de retraite de toute la région. Sa vocation : rendre plus dynamique le tissu fédératif et étendre ses missions au tissu sanitaire et social du proche environnement.

La maladie d’Alzheimer est une pathologie neurologique spécifiquement rattachée au vieillissement cérébral. Cette affection dégénérative du système nerveux centrale apparaît dans 90% des cas après 65 ans. L’évolution naturelle de la maladie conduit à la démence qui s’accompagne souvent d’une désorganisation de la personnalité, entraînant à terme une perte d’autonomie.
Cette affection, en augmentation, constitue un véritable enjeu de Santé publique pour lequel doit être développée une politique de prévention.

Il est important de reconnaître les signes de la maladie pour dépister le plus tôt possible. Ces signes sont : les pertes de mémoire, de jugement, de raisonnement, des problèmes de langage, une désorientation dans l’espace, des changements d’humeur ou de comportement…


A l’apparition des signes, il faut consulter un médecin spécialiste mais le nombre de consultations spécialisées sont en nombre insuffisant : C’est pour cette raison, qu’un Réseau Régional « Vieillissement cérébral » a été créé. Il comprend de nombreux membres en plus de l’APHM : la Ville de Marseille, des Centres Hospitaliers et des maisons de retraite de toute la région.
Ce réseau a pour rôle de rendre plus dynamique le tissu fédératif et étendre ses missions au tissu sanitaire et social du proche environnement.

Il participe à l’harmonisation des pratiques diagnostiques et thérapeutiques, mais aussi à un meilleur accompagnement des personnes. Il participe également à la promotion de toute démarche commune dans le domaine de l’enseignement, la formation, la recherche et la prévention.
Ouvert sur les institutions sanitaires publiques de la région, il se place aussi dans un cadre Ville-Hôpital dans la perspective d’une coordination gérontologique libérale de ville. Il entretient des liens étroits avec le monde associatif notamment l’association de familles Provence Alzheimer et l’Institut de la maladie d’Alzheimer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.