Ambiance féérique en pédiatrie

« La promenade de Doudou l’escargot » est le titre de la fresque féérique qui pare les couloirs et les chambres du service de pédiatrie du CHR de Metz-Thionville. Cette œuvre originale, invitation à un voyage poétique et musical, est née d’une collaboration entre l’équipe de soins du service de pédiatrie de l’Hôpital Femme Mère Enfant et l’association "La pédiatrie enchantée".

« La promenade de Doudou l’escargot » est le titre de la fresque féérique qui pare les couloirs et les chambres du service de pédiatrie du CHR de Metz-Thionville. Cette œuvre originale, invitation à un voyage poétique et musical, est née d’une collaboration entre l’équipe de soins du service de pédiatrie de l’Hôpital Femme Mère Enfant et l’association "La pédiatrie enchantée".

Le  projet culturel conçu en 2013 répondait à la demande de l’équipe soignante de prodiguer des soins dans un univers proche de celui de l’enfant afin que le décor participe à son bien-être physique et moral et soit un plus en terme d’accueil. Suivant le fil conducteur des musiques du monde, le voyage au pays enchanté des animaux conduit les jeunes patients et leur famille à la découverte d’une espèce, d’un pays et de sa culture musicale. Chaque espace présente une rencontre entre Doudou et un animal musicien typique d’un pays signifié par des détails végétaux et musicaux. Doudou, curieux, traverse différentes cultures, s’en imprègne et change de couleur au fur et à mesure de ses découvertes. Chaque espace possède une identité propre et chaque chambre maintenant est caractérisée par un des animaux peint de la fresque.
 
Cette œuvre collaborative plasticien-enfants a nécessité l’organisation de 51 ateliers auxquels ont participé 69 jeunes patients. Tous ont contribué à la conception des chapitres de cette histoire longue de 150 mètres où fourmillent 50 petits personnages.
 
Les artistes accompagnent l’épanouissement artistique de l’enfant qui reste cependant l’unique maître de ses créations
« Les enfants en général sont très réceptifs et curieux de connaître mon univers témoigne une artiste. Il s’installe souvent un petit échange sur l’histoire de l’art, les expositions ou les musées visités. Mais c’est sur la toile qu’ils laissent libre cours à leur imagination, parfois comme un exutoire à la maladie, un moment d’évasion et de détente »
 Les artistes Sophie GERL et Julie STEIN, ont animé des ateliers pendant lesquels les enfants hospitalisés ont pu s’approprier  la fresque, et réaliser des toiles mettant en scène les animaux représentés.
 
De la fresque au livre de coloriage

 
Petits et grands sont séduits par la douceur des couleurs et la poésie des dessins. Un succès qui a donné envie aux équipes d’aller plus loin en créant un livre de coloriage racontant le voyage autour du monde de Doudou l’escargot. L’ouvrage a été réalisé durant l’été 2014, dans le cadre d’un atelier d’écriture à destination des adolescents hospitalisés et avec le soutien de l’équipe de reprographie du CHR Metz Thionville, qui a assuré toutes les impressions. Dès 2015, chaque enfant hospitalisé se verra offrir ce petit livre de coloriage où il retrouvera sa chambre ainsi que celle de ses camarades.
 
Ce projet a bénéficié du soutien de la Fondation Auchan pour la jeunesse et de celui de l’hypermarché Auchan de Sémécourt à Metz.
Pour découvrir l’histoire de Doudou l’Escargot : http://www.youtube.com/watch?v=k32y24U6B4A

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.