Ambroisie : niveau de risque élevé alerte le CHU de Nimes

Avis aux personnes allergiques « Les premiers pollens d’ambroisie viennent d’être identifiés sur le capteur de Bagnols sur Cèze et il est temps de mettre en place les traitements nécessaires » prévient le CHU de Nîmes. Les personnes ayant commencé une désensibilisation, traitement de prévention efficace contre cette pollinose, devront attendre les premiers signes cliniques pour démarrer le traitement symptomatique.

Avis aux personnes allergiques « Les premiers pollens d’ambroisie viennent d’être identifiés sur le capteur de Bagnols sur Cèze et il est temps de mettre en place les traitements nécessaires » prévient le CHU de Nîmes. Les personnes ayant commencé une désensibilisation, traitement de prévention efficace contre cette pollinose, devront attendre les premiers signes cliniques pour démarrer le traitement symptomatique.
Une surveillance renforcée dans le cadre d’un partenariat entre le CHU de Nîmes et le CH de Bagnols sur Cèze
Plante invasive et allergène repérée depuis une dizaine d’années dans la région lyonnaise,  l’ambroisie a progressivement envahi toute la vallée du Rhône pour atteindre la région de Pont Saint Esprit, puis Bagnols, la vallée de la Cèze, les vallées des Gardons. Redoutée pour son pollen fortement allergisant, l’ambroisie a fait l’objet de plusieurs mises en garde. Un arrêté préfectoral organise la lutte contre sa propagation avec, à l’appui, des campagnes de communication et des actions de sensibilisation auprès des communes, des services et des professionnels concernés. Rien n’y fait et les cas d’allergies estivales sont en constante augmentation dans le Nord du département du Gard alors que les cas restent très sporadiques autour de la ville de Nîmes et inexistants dans le sud du département.
La collaboration entre le CHU de Nîmes, qui apporte son expertise en matière de surveillance pollinique et le C.H. de Bagnols sur Cèze qui  a installé un capteur satellite sur ses toits et ouvert une consultation d’allergologie, ont permis de dresser un état des lieux en 2009, expérience qu’il est prévu de renouveler en 2014.
En attendant, compte tenu de l’importance de ce problème de santé publique, une convention unit les deux centres hospitaliers au Réseau National de Surveillance Aéroboiologique pour assurer la surveillance du contenu pollinique de l’air à Bagnols sur Cèze en Juillet, Août et Septembre, de manière à suivre l’évolution de l’exposition à ce pollen dans la région de Bagnols su Cèze et informer les personnes allergiques à l’ambroisie.
Les pollinoses ou allergies dues aux pollens sont décrites depuis la plus haute antiquité. Ces rhumes saisonniers étaient, pendant longtemps réservés au printemps avec le Rhume des foins attribué aux pollens de graminées. Depuis les années 1960 une nouvelle allergie pollinique est apparue : l’allergie au pollen de cyprès qui sévit en Languedoc-Roussillon, durant les mois d’automne et surtout en Hiver.  Il ne restait que l’été pour que les personnes allergiques puissent respirer sans risque dans la nature. Ce n’est plus le cas pour le nord du département désormais colonisé par l’ambroisie.
Contact
Dr Christine Fabre pour les informations cliniques : 06 20 72 29 73
Madame Fabienne Maillard pour l’analyse pollinique : 04 66 68 41 12
Pour recevoir le bulletin pollinique, faire la demande à : pollens.caremeau@chu-nimes.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.