Ambulatoire : 30 % aujourd’hui, l’un des taux plus élevés des CHU

En forte progression depuis 2013, la chirurgie ambulatoire représente aujourd’hui 30% des interventions chirurgicales au CHU de Saint Etienne, toutes spécialités confondues. Entre 2013 et 2014, les "chirurgies de moins de 24h" ont doublé atteignant 4 500 opérations et rendant nécessaire l'agrandissement de l’unité dont la capacité d'accueil vient de passer de 14 à 23 places.

En forte progression depuis 2013, la chirurgie ambulatoire représente aujourd’hui 30% des interventions chirurgicales au CHU de Saint Etienne, toutes spécialités confondues. Entre 2013 et 2014, les "chirurgies de moins de 24h" ont doublé atteignant 4 500 opérations et rendant nécessaire l’agrandissement de l’unité dont la capacité d’accueil vient de passer de 14 à 23 places. Derrière ces chiffres, une organisation  précise et fluide garante de la qualité et des patients satisfaits de ne rester que quelques heures à l’hôpital.
Cette extension se justifie par la diversité croissante des interventions. 10 spécialités sont désormais concernées :  l’ophtalmologie, la chirurgie maxillo-faciale, l’orthopédie, la gynécologie, mais aussi l’ORL, l’urologie, la chirurgie digestive, la chirurgie thoracique et même  la neurochirurgie et la chirurgie cardio-vasculaire. Et la pratique ambulatoire continue à s’étendre aux interventions lourdes et complexes comme l’ablation totale du côlon en ambulatoire, une 1ère chirurgicale européenne réalisée en 2014 par des praticiens stéphanois qui depuis ont renouvelé l’exploit.
L’agrandissement de l’unité de chirurgie ambulatoire (UCA) : une nécessité au vu de la forte progression de l’activité
En 2014, l’UCA a ainsi accueilli plus de 4 500 patients, soit une progression de près de 50% par rapport à l’année précédente. Cette hausse s’est poursuivie en janvier et février derniers, portant à 30% le taux de chirurgie ambulatoire du CHUSE, soit l’un des plus élevés parmi les CHU.
Aux progrès des techniques chirurgicales et à l’investissement personnel des praticiens, s’ajoutent une adaptation de plus en plus fine et précise des produits anesthésiques et antalgiques. Ces évolutions contribuent à garantir les meilleures conditions de sécurité des interventions.
Les recettes du succès
La réussite du « virage ambulatoire », c’est d’abord l’œuvre d’un travail d’équipe : un groupe pluri-professionnel (personnels administratifs, soignants, anesthésistes, chirurgiens) se réunit chaque semaine pour anticiper et lisser l’activité.
Le parcours patient a fait l’objet d’une attention particulière, afin d’en garantir la fluidité. Une convention vient d’être signée avec la Maison de Jonathan pour faciliter l’hébergement de patients éloignés géographiquement (nuitée pré ou post-chirurgie), avec participation aux frais par le CHUSE.
La programmation des rendez-vous évolue également vers une programmation centralisée à l’UCA ; tous les services de chirurgie peuvent visualiser les rendez-vous en temps réel.
La configuration de la nouvelle unité a aussi été pensée pour améliorer encore le parcours et le confort des patients. On y trouve ainsi un salon d’accueil, un salon de sortie, une salle de collation, ou encore des vestiaires centraux.
La réussite de l’ambulatoire repose aussi sur l’implication des médecins de ville, sensibilisés aux performances de l’UCA  durant une journée spécialement organisée à leur attention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.