Ambulatoire : l’anesthésie des enfants par l’hypnose

Grains de beauté congénitaux, lésions dermatologiques … Pour ces interventions superficielles et peu invasives réalisées sur l’enfant, l’hypnose représente une bonne alternative à l’anesthésie et à la gestion de la douleur, sans risque de complication médicamenteuse. Appelée aussi « distraction positive », l’hypnose est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients...

Grains de beauté congénitaux, lésions dermatologiques … Pour ces interventions superficielles et peu invasives réalisées sur l’enfant, l’hypnose représente une bonne alternative à l’anesthésie et à la gestion de la douleur, sans risque de complication médicamenteuse. Appelée aussi « distraction positive », l’hypnose est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients. Avec plus d’une soixantaine d’interventions réalisées sous hypno-analgésie chez les 6 – 15 ans à l’hôpital Lapeyronie depuis 2012, le CHRU de Montpellier a pu développer une réelle expertise.
 
Avant l’essor de l’hypnose, les interventions mineures chez l’enfant devaient être effectuées sous anesthésie générale alors qu’une anesthésie locale ou locorégionale suffisait chez l’adulte. Cette particularité était liée aux spécificités de l’analgésie, à la limitation des doses d’anesthésiques locaux utilisables, aux difficultés de rester immobile pour l’enfant et à la gestion de l’angoisse périopératoire.
Avec l’hypnose, les équipes disposent d’un nouvel outil. L’enfant « baigne » dans un état favorable à une intervention chirurgicale sous anesthésie locale. Sans être agréable, cette opération n’est plus ressentie comme douloureuse. Grâce à leur imagination spontanée, les enfants à partir de 6 ans sont d’ailleurs plus réceptifs que les adultes à cette technique.
 
En pratique
L’hypno-analgésie est faite en association à une prémédication et une anesthésie locale par pommade (Emla®), complétée par des anesthésiques locaux tamponnés. Les interventions, sélectionnées par le chirurgien concernent généralement les chirurgies plastiques cutanées. L’hypno-analgésie est réalisée par les infirmiers anesthésistes (IADE) ayant suivi une formation « Initiation aux techniques d’hypno analgésie » dispensée par le CHRU de Montpellier ; les enseignements étant assurés par des formateurs de l’Institut Français d’Hypnose (IFH).
 
Au CHRU de Montpellier, les soixante premières interventions ont donné des résultats très encourageants. Parfaitement adaptée à la prise en charge ambulatoire de l’enfant, cette alternative est de plus en plus souvent proposée par les équipes de chirurgie et d’anesthésie pédiatriques du CHRU dirigées par le Pr Guillaume Captier, chirurgien plastique pédiatrique et le Pr Christophe Dadure, anesthésiste. 
 
Une étude prospective scientifique est actuellement en cours pour évaluer les bénéfices de l’hypno-analgésie par rapport à l’anesthésie générale en pédiatrie.
 
En savoir plus sur
L’hypno-analgésie désigne la réduction de la douleur à l’aide de l’hypnose. En effet, il est important que la douleur ne soit pas complètement supprimée par l’hypnose car elle est le seul moyen que possède l’organisme pour indiquer un problème.
 
L’hypnose médicale est une méthode reconnue pour la gestion de l’angoisse au cours de la réalisation de gestes de soins plus ou moins invasifs, que ce soit chez l’adulte ou l’enfant. Elle se caractérise par un état de conscience modifié qui permet d’être à la fois "ici et ailleurs" (voyage). L’individu plonge ainsi dans son imaginaire pour s’extraire d’une situation inconfortable. Cette technique est également appelée « distraction positive » par le corps médical.
L’effet de l’hypnose sur le ressenti de la douleur est connu depuis longtemps. La diminution de l’inconfort ressenti et de la douleur a été démontrée à partir d’examens réalisés sous IRM fonctionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.