Amélie, 18 ans, traitée avec succès par Car-T cells pour un lymphome au CHU de Montpellier

La jeune lycéenne atteinte d’un lymphome résistant à la chimiothérapie et l'immunothérapie a été traitée avec succès par CAR-T cells au CHU de Montpellier... et a profité de son séjour pour passer son baccalauréat ! Elle est la première patiente à avoir bénéficié de ce traitement innovant au sein de l'établissement. Un défi relevé grâce aux équipes du Pr Nicolas Sirvent, onco-hématologue pédiatrique et du Pr Guillaume Cartron, responsable du département hématologie clinique.
La jeune lycéenne atteinte d’un lymphome résistant à la chimiothérapie et l’immunothérapie a été traitée avec succès par CAR-T cells au CHU de Montpellier… et a profité de son séjour pour passer son baccalauréat ! Elle est la première patiente à avoir bénéficié de ce traitement innovant au sein de l’établissement. Un défi relevé grâce aux équipes du Pr Nicolas Sirvent, onco-hématologue pédiatrique et du Pr Guillaume Cartron, responsable du département hématologie clinique.
En juin 2016, Amélie, 16 ans, est traitée pour un lymphome dans l’unité d’onco-hématologie pédiatrique du CHU de Montpellier, par chimiothérapie complétée par une radiothérapie. 
En février 2017, le traitement est terminé, elle est en rémission. Un an plus tard, sa maladie réapparait. Plusieurs tentatives de traitement par chimiothérapie et immunothérapie sont alors administrées sans succès. Cette résistance au traitement empêche la réalisation d’une autogreffe de cellules souches hématopoiétiques, qui est la stratégie recommandée dans cette situation. Dans l’intervalle, un traitement expérimental par CAR-T cells (cellules souches reprogrammées) est demandé à Paris mais récusé, en raison de l’état général de la patiente. La progression de la maladie est inéluctable…
Fin Décembre 2018, grâce à la mobilisation de ses professionnels, le CHU de Montpellier devient l’un des premiers hôpitaux français autorisé à dispenser ce traitement révolutionnaire. En Janvier 2019, elle a 18 ans, c’est la première patiente traitée à Montpellier par CAR-T, dans le service d’hématologie adulte, en collaboration avec la réanimation adulte et la pédiatrie.
Le 4 Janvier 2019, les cellules sanguines de la patiente sont prélevées dans l’unité d’aphérèse du CHU de Montpellier (Dr Latry). Les cellules sont ensuite envoyées aux Etats-Unis pour être génétiquement modifiées puis réinjectées à Montpellier le 6 Février 2019. Les suites du traitement se passent bien.

En rémission complète après 3 mois de traitement

La jeune fille est en rémission complète de sa maladie seulement 3 mois après la réinjection des cellules. En juin 2018, elle a passé les premières épreuves adaptées du Baccalauréat dans l’unité d’enseignement du CHU. Elle est en pleine forme et a retrouvé une vie normale. 
Une belle réussite rendue possible grâce à une exceptionnelle cohésion entre les différentes équipes mobilisées sous l’impulsion du Pr Nicolas Sirvent, onco-hématologue pédiatrique et du Pr Guillaume Cartron, responsable du département hématologie clinique, au CHU de Montpellier. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.