Arrêt cardiaque réfractaire : améliorer le pronostic vital

Après trois années d’étude et d’expérience acquise auprès des patients, le CHRU de Nancy, sous l’impulsion du Pr Bruno Levy, présente une stratégie thérapeutique innovante qui permet d’améliorer les chances de survie des patients victimes d’arrêt cardiaque réfractaire de plus de 30%.

Après trois années d’étude et d’expérience acquise auprès des patients, le CHRU de Nancy, sous l’impulsion du Pr Bruno Levy, présente une stratégie thérapeutique innovante qui permet d’améliorer les chances de survie des patients victimes d’arrêt cardiaque réfractaire de plus de 30%. Audacieuse, cette stratégie qui prend ses distances avec les recommandations nationales, repose notamment sur l’expertise et la coordination pointue de tous les acteurs de la chaine de secours intervenant auprès d’une personne en arrêt cardiaque réfractaire.
Sapeurs-pompiers, secouristes, SAMU-SMUR, cardiologues interventionnels, chirurgiens cardiaques, perfusionnistes et réanimateurs sont les maillons essentiels de cette nouvelle stratégie thérapeutique qui mise sur une réactivité et une coordination sans faille déployée à l’échelle du Grand Nancy.
L’amélioration des chances de survie des personnes victimes d’arrêt cardiaque réfractaire repose en priorité sur la réduction des délais des soins et une organisation fluide à tous les niveaux de prise en charge, en extra comme en intra-hospitalier. Dans ce protocole, l’opérationnalité des acteurs hors les murs hospitaliers est associée à une expertise thérapeutique en intra-hospitalier qui fait notamment appel à une technique d’oxygénation par membrane extra-corporelle ou ECMO. Cette technique d’assistance circulatoire a été perfectionnée et miniaturisée pour s’adapter parfaitement à la pathologie coronarienne.
En toile de fond, un même message de prévention : chaque citoyen peut devenir un acteur de cette stratégie thérapeutique majeure s’il est formé aux premiers gestes qui sauvent.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.