Arrêt cardiaque réfractaire : améliorer le pronostic vital

Après trois années d’étude et d’expérience acquise auprès des patients, le CHRU de Nancy, sous l’impulsion du Pr Bruno Levy, présente une stratégie thérapeutique innovante qui permet d’améliorer les chances de survie des patients victimes d’arrêt cardiaque réfractaire de plus de 30%.

Après trois années d’étude et d’expérience acquise auprès des patients, le CHRU de Nancy, sous l’impulsion du Pr Bruno Levy, présente une stratégie thérapeutique innovante qui permet d’améliorer les chances de survie des patients victimes d’arrêt cardiaque réfractaire de plus de 30%. Audacieuse, cette stratégie qui prend ses distances avec les recommandations nationales, repose notamment sur l’expertise et la coordination pointue de tous les acteurs de la chaine de secours intervenant auprès d’une personne en arrêt cardiaque réfractaire.
Sapeurs-pompiers, secouristes, SAMU-SMUR, cardiologues interventionnels, chirurgiens cardiaques, perfusionnistes et réanimateurs sont les maillons essentiels de cette nouvelle stratégie thérapeutique qui mise sur une réactivité et une coordination sans faille déployée à l’échelle du Grand Nancy.
L’amélioration des chances de survie des personnes victimes d’arrêt cardiaque réfractaire repose en priorité sur la réduction des délais des soins et une organisation fluide à tous les niveaux de prise en charge, en extra comme en intra-hospitalier. Dans ce protocole, l’opérationnalité des acteurs hors les murs hospitaliers est associée à une expertise thérapeutique en intra-hospitalier qui fait notamment appel à une technique d’oxygénation par membrane extra-corporelle ou ECMO. Cette technique d’assistance circulatoire a été perfectionnée et miniaturisée pour s’adapter parfaitement à la pathologie coronarienne.
En toile de fond, un même message de prévention : chaque citoyen peut devenir un acteur de cette stratégie thérapeutique majeure s’il est formé aux premiers gestes qui sauvent.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.

Dr Jean-Victor Blanc : « On sort des tabous qui ont trop longtemps englobé les troubles psychiques »

Changer le regard du grand public sur la santé mentale. C’est la mission que s’est donné Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint Antoine à Paris et auteur du livre Pop & Psy. Et pour déstigmatiser et sensibiliser le plus grand nombre aux troubles psychiques, quoi de plus accessible que d’utiliser les films et les séries. Rencontre.