Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Amiens fête sa 500ème greffe rénale

La 500è transplantation rénale a été réalisée au Centre Hospitalier Régional et Universitaire d'Amiens en août 2002. La première transplantation rénale a été effectuée le 5 avril 1989, dans des conditions difficiles mais enthousiasmantes.

La 500è transplantation rénale a été réalisée au Centre Hospitalier Régional et Universitaire d’Amiens en août 2002.
La première transplantation rénale a été effectuée le 5 avril 1989, dans des conditions difficiles mais enthousiasmantes. Depuis, l’activité n’a cessé ensuite de progresser pour atteindre le nombre record de 54 greffes en l’an 2000, plaçant notre Centre d’Amiens au 11è/46 rang français.

Réunir les 500 patients greffés et les partenaires de soins
Dans quelques mois, cet événement important dans la vie médicale d’une région sera l’occasion d’une manifestation collective qui souhaite réunir à Amiens tous les patients greffés dans notre Centre, mais aussi toutes les Equipes qui ont collaboré à ce résultat.

L’importance de l’activité de transplantation reflète la motivation d’une équipe néphrologique, anesthésique et urologique, mais aussi la mobilisation des très nombreux acteurs médicaux, para médicaux et administratifs du CHU. Elle témoigne également de la confiance et de l’efficacité de la collaboration instaurée avec les Centres qui gèrent l’insuffisance rénale en Picardie.

« Par ce pôle de compétence, le CHU d’Amiens conforte son rôle d’établissement de référence dont l’attractivité dépasse les limites régionales. » déclare le Pr Jacques Petit

La transplantation rénale est une activité exigeante par les contraintes humaines, techniques et logistiques qu’elle impose. Mais ses résultats et la satisfaction des patients compensent ses nécessités.

Les nombreux patients inscrits sur les longues listes d’attente justifient le maintien, voire le développement de l’offre de soins. L’avenir de la transplantation rénale en Picardie dépend étroitement de l’activité de prélèvement d’organes réalisée dans des conditions humaines et techniques souvent difficiles.

Quelques espoirs sont placés dans :
– la mise en fonction d’une « Equipe mobile de prélèvement » pour aider les centres régionaux habilités, à prendre en charge les sujets en état de mort encéphalique, intransportables vers le CHU ;
– le développement des transplantations à partir de donneurs vivants, dans de strictes conditions légales et éthiques.

Le Pr Petit et toute l’Equipe de Transplantation souhaitent que : «le don d’organe soit favorisé par une prise de conscience individuelle de notre appartenance à une collectivité où les devoirs des humains seraient autant valorisés que les droits des malades».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.