Amiens : référent cancer pour la Picardie

Parce que la Picardie est l'une des régions françaises les plus touchées par le cancer, le CHU Amiens-Picardie a organisé un front de lutte en 12 filières expertes qui font de lui le référent régional pour tous types de cancer, touchant tous les organes. Ce modèle offre aux patients un accès simple et rapide aux spécialistes hospitaliers et aux équipements high tech indispensables au diagnostic et aux soins. Ces unités réunissent plus de 400 professionnels de santé, dont 96 médecins spécialistes. Le CHU met en lumière leur activité à l'occasion de la semaine nationale contre le cancer du 19 au 24 mars.
Parce que la Picardie est l’une des régions françaises les plus touchées par le cancer, le CHU Amiens-Picardie a organisé un front de lutte en 12 filières expertes qui font de lui le référent régional pour tous types de cancer, touchant tous les organes. Ce modèle offre aux patients un accès simple et rapide aux spécialistes hospitaliers et aux équipements high tech indispensables au diagnostic et aux soins. Ces unités réunissent plus de 400 professionnels de santé, dont 96 médecins spécialistes. Le CHU met en lumière leur activité à l’occasion de la semaine nationale contre le cancer du 19 au 24 mars. 
Parmi les 12 filières cancer du CHU Amiens-Picardie, deux sont dédiées à des populations particulières, les enfants et les personnes âgées.
L’unité d’Onco-Hémato-Immunologie Pédiatrique accueille des enfants et adolescents, âgés de 0 à 18 ans, atteints de pathologies hématologiques bénignes, de déficits immunitaires ou de cancers. Les décisions thérapeutiques sont prises de façon collégiale en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) avec d’autres spécialistes en oncologie pédiatrique à un niveau inter-régional (avec Lille et Rouen). Chaque enfant bénéficie d’un parcours de soins individualisé (Plan Personnalisé de Soins, PPS) qui lui est remis par son médecin référent à chaque étape. La prise en charge se fait selon des protocoles nationaux ou internationaux, qu’il s’agisse de chimiothérapie, de chirurgie, de radiothérapie ou de thérapie ciblée. Après un bilan diagnostic complet (imagerie, bilans sanguins…) en hôpital de jour ou en hospitalisation, une évaluation et le traitement de la douleur de l’enfant ou de l’adolescent seront une priorité dès le début de la prise en charge et tout au long du traitement.
L’unité d’onco-hématologie pédiatrique du CHU Amiens-Picardie, gérée par le Dr Catherine Devoldère est un des 30 centres agréés par l’Institut National du Cancer (InCa) en France pour le traitement des cancers de l’enfant. L’unité est centre de référence et de coordination pour la Picardie et travaille en étroite collaboration avec les unités de pédiatrie des hôpitaux de proximité de la région et avec les centres de l’inter-région pour la radiothérapie et les greffes.
Les cancers des personnes âgées
L’oncogériatrie se place au carrefour de la Cancérologie et de la Gériatrie. Son objectif est d’améliorer la prise en charge globale des personnes âgées de plus de 75 ans atteintes de cancers ou d’hémopathies malignes. Les rôles des onco-gériatres de cette filière sont le dépistage de la fragilité médicale, psychologique ou sociale, par une évaluation oncogériatrique approfondie avant le début des traitements, une contribution à la prise en charge médicale pluridisciplinaire des cancers et un suivi personnalisé des patients âgés fragiles dans le cadre de la consolidation du lien hôpital-ville. L’unité de Coordination en onco-gériatrie (UCOG) de Picardie est placée sous la direction du Docteur Roxana Fournier-Oprisiu.
Les autres filières cancers sont
– Les cancers du sang, de la moelle osseuse et des ganglions
– Les cancers du tube digestif
– Les cancers du poumon
– Les cancers de la tête et du cou
– les cancers gynécologiques et les cancers du sein (Clinique du sein)
– les cancers de la peau
– les tumeurs du cerveau
– Les tumeurs rares ou avancées (oncologie Médicale)
– Les cancers de la thyroïde
– Les cancers de la prostate, du rein et l’appareil urinaire 
Ces prises en charge spécialisées sont complétées par des soins de support et un soutien pédagogique
Les soins de support couvrent différents domaines, de la psychologie au soutien social en passant par la qualité de vie avec les interventions socio-esthétiques, la gymastique Qi Gong, l’arthérapie, l’hypnoanalgésie. En oncopédiatrie, chaque enfant et sa famille se voient proposer un panel de soins de supports. Des représentants de l’éducation nationale, installés au sein de l’unité scolaire de l’hôpital, assurent la poursuite de la scolarité à tout niveau en cas d’hospitalisation ou long traitement. Les adolescents de 15-18 ans peuvent également passer le brevet ou le bac puisque le CHU est centre d’examens.
L’éducation thérapeutique quant à elle, est assurée au travers d’ateliers individuels ou collectifs. Il s’agit d’apprendre au malade à gérer la maladie. En relation avec le médecin traitant et l’oncologue, le patient devient acteur de son programme de soins. Il acquiert les connaissances nécessaires à une bonne compréhension les soins, gagne en autonomie et en maîtrise de la situation. Le programme débute dès l’annonce du diagnostic et à tous les stades de la maladie. Les ateliers sont consacrés à la fatigue ou la douleur, au traitement oral, à l’alimentation

Chiffres clés cancérologie CHU Amiens-Picardie*

‐ 20 services acteurs en cancérologie
‐ 19 013 séances de chimiothérapie
‐ 16 813 séances de radiothérapie
‐ 1 373 interventions chirurgicales cancérologie
‐ 44 276 séjours (dont séances de chimiothérapie et de radiothérapie)
‐ 5 réunions du Centre de Coordination de Cancérologie (3C) qui assure la mise en œuvre des Plans Cancer, de la pluridisciplinarité (RCP), les échanges entre praticiens, paramédicaux, adjoints administratifs participants à la prise en charge des patients atteints de cancer et la diffusion de l’information aux patients.
‐ 487 Réunions de Concertation Pluri-disciplinaire (RCP) inter-régionale (avec les centres hospitaliers de Lille, Rouen, Caen) et 6 560 dossiers examinés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.