André Fourrier,1er hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses

Etablissement de référence contre les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique pour les 5 départements de la zone de défense Nord (59,60,62,80,02), le CHRU a pris l'initiative de construire une structure spécialisée dans l'accueil et la prise en charge des patients atteints de pathologies infectieuses.

Etablissement de référence contre les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique pour les 5 départements de la zone de défense Nord (59,60,62,80,02), le CHRU a pris l’initiative de construire une structure spécialisée
dans l’accueil et la prise en charge des patients atteints de pathologies infectieuses. Inauguré le 19 mai 2006, l’hôpital André Fourrier, haut en technologie, constitue un axe essentiel à la mise en oeuvre de la politique de Prévention et gestion du risque infectieux, prévue dans le cadre du projet d’établissement 2004-2008 du CHRU de Lille.

20 lits hautement spécialisés
Cette nouvelle structure composée de 20 lits de niveau 3 aura pour vocation la prise en charge d’une part des patients présentant une pathologie infectieuse ainsi que des
patients infectés par des bactéries Multi-Résistantes (BMR), et d’autre part, conformément à la mission du CHRU, des patients relevant de situations épidémiques ou de risque biologique terroriste. En effet, au-delà des pathologies infectieuses, intervient la nécessité pour les établissements de santé de faire face à un risque biologie provoqué, c’est-à-dire à une attaque terroriste (par la variole, le SRAS etc …).
Les 20 lits de l’hôpital André Fourrier pourront être réquisitionnés et représenteront un volant de sécurité pour le CHRU.
Le CHRU de Lille poursuit donc l’amélioration de son organisation en ce domaine tout en se mettant au service de la région Nord-Pas de Calais et Picardie.

Coordination structurée en infectiologie
L’offre de soins régionale en infectiologie nécessitant une coordination structurée, le CHRU de Lille et le CH de Tourcoing, ont mutualisé leurs compétences et leur infrastructure logistique dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire, en cours de création.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.