Anesthésie générale : la manœuvre de Sellick remise en question ?

Un groupe de recherche clinique réunissant 10 centres hospitalo-universitaires français sous la direction du Dr. Aurélie Birenbaum et du Pr. Bruno Riou de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP et Sorbonne Université, a conduit la première grande étude randomisée sur l’intérêt de la manœuvre de Sellick dans l’induction de l’anesthésie générale en séquence rapide.

Un groupe de recherche clinique réunissant 10 centres hospitalo-universitaires français sous la direction du Dr. Aurélie Birenbaum et du Pr. Bruno Riou de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP et Sorbonne Université, a conduit la première grande étude randomisée sur l’intérêt de la manœuvre de Sellick dans l’induction de l’anesthésie générale en séquence rapide. 
La manœuvre de Sellick consiste à réaliser une occlusion manuelle de l’œsophage au niveau cervical en comprimant fermement le cartilage cricoïde sur les vertèbres cervicales pendant qu’est réalisée l’induction de l’anesthésie générale. Cette manœuvre est recommandée dans l’induction en séquence rapide (ISR) de l’anesthésie générale lorsque le jeûne pré-anesthésique n’a pu être respecté (en cas d’urgence) ou lorsque l’estomac reste plein malgré le jeûne (occlusion intestinale, diabète, obésité, etc..). Elle vise à prévenir l’inhalation bronchique du contenu gastrique pendant l’induction de l’anesthésie, source de complications graves parfois mortelles (syndrome de détresse respiratoire aigu). 
La première grande étude randomisée sur l’intérêt de la manœuvre de Sellick dans l’induction de l’anesthésie générale en séquence rapide implique des équipes de recherche de Sorbonne Université et de l’AP-HP, de nombreuses universités (Paris-Sud, Paris-Diderot, Paris 13, Amiens, Bordeaux, Haute-Normandie, Montpellier, Toulouse) et CHU (Amiens-Picardie, Bordeaux, Lille, Nîmes, Rouen, Toulouse). Les résultats, financés par le Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC national 2012) et menés chez 3 472 patients, sont publiés dans la revue JAMA Surgery (1). 
Bien que prônée dans la plupart des recommandations internationales, l’efficacité de la manœuvre de Sellick reste controversée dans la mesure où elle peut rendre l’intubation trachéale plus difficile pour l’anesthésiste et être source de complications traumatiques, voire favoriser de manière paradoxale les régurgitations du contenu gastrique. 
Dans cette étude randomisée et menée en double aveugle, le groupe de recherche a évalué l’intérêt de la manœuvre de Sellick lors de l’induction en séquence rapide de l’anesthésie générale chez 3 472 patients. Les chercheurs ont comparé l’incidence de l’inhalation bronchique (critère principal) dans deux groupes de patients répartis de manière aléatoire : un groupe où la manœuvre était systématiquement appliquée (groupe Sellick) et un autre où elle n’était que simulée (groupe Sham). En dehors de l’application de cette manœuvre, la prise en charge des patients suivis pendant 28 jours ou jusqu’à leur sortie de l’hôpital était comparable. Une inhalation bronchique a été observée chez 10 patients (0,6%) du groupe Sellick et 9 patients (0,5%) du groupe Sham. Par ailleurs, les critères de jugement secondaires évaluant la qualité de l’exposition de la glotte lors de l’intubation trachéale (temps d’intubation, grade de Cormack et Lehane) étaient significativement différents et suggéraient plus de difficultés dans le groupe Sellick. Les autres critères de jugement secondaires n’étaient pas significativement différents (incidence des pneumopathies, durée du séjour à l’hôpital, mortalité).
La très faible incidence d’inhalation bronchique observée dans deux groupes de patients (manœuvre de Sellick vs manœuvre simulée) ne permet pas de démontrer de manière significative la non-infériorité de la manœuvre simulée. Ces résultats ouvrent donc la voie à la remise en cause d’un dogme proposé en 1961 et suivi par la plupart des recommandations professionnelles internationales jusqu’à maintenant.

Vers de nouvelles recommandations d’experts sur l’intubation trachéale en anesthésie

Le Dr Birembaum et le Pr Riou concluent que cette première grande étude randomisée réalisée chez des patients nécessitant une induction en séquence rapide n’a pas permis de démontrer la non-infériorité de la procédure simulée de la manœuvre de Sellick dans la prévention de l’inhalation bronchique. Toutefois, la très faible incidence des inhalations dans les 2 groupes et l’existence de difficultés augmentées lors de l’intubation trachéale remettent en cause l’intérêt de cette manœuvre. Ils préconisent de rediscuter les recommandations d’experts sur l’intubation trachéale en anesthésie à l’aune des résultats de cette étude. 
D’autres études randomisées seront nécessaires dans les populations exclues de cette étude, à savoir les femmes enceintes et les patients bénéficiant d’une intubation trachéale en urgence en dehors du bloc opératoire, notamment en médecine d’urgence pré-hospitalière.  
1- Effect of the cricoid pressure compared with a sham procedure in the rapid sequence induction of anesthesia: The IRIS randomized clinical trial. Aurélie Birenbaum, David Hajage, Sabine Roche, Alexandre Ntouba, Mathilde Eurin, Philippe Cuvillon, Aurélien Rohn, Vincent Compere, Dan Benhamou, Matthieu Biais, Remi Menut, Sabiha Benachi, François Lenfant, Bruno Riou. JAMA Surgery 17 octobre 2018 17h 11am US ET / DOI : 10.1001/jamasurg.2018.3577.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.