Anévrisme de l’Aorte Abdomidale (AAA) : campagne de dépistage gratuite

Danger silencieux pour les hommes de plus de 60 ans, l'Anévrisme de l'Aorte Abdomidale (AAA) entraîne chaque année le décès de 6 000 personnes daantage que les accidents de la route. La rupture de l'AAA peut déclencher une hémorragie massive dans le ventre. Ce risque mal connu peut être prévenu par un simple dépistage. C'est le message que veulent faire passer les Pr Patrick Feugier et Patrick Lermusiaux du service de Chirurgie Vasculaire, le Pr Jean Ninet et le Dr Pascale Bureau du Colombier, responsables des Explorations Fonctionnelles Vasculaires au CHU de Lyon qui organisent le 15 décembre une campagne de dépistage gratuite.

Danger silencieux pour les hommes de plus de 60 ans, l’Anévrisme de l’Aorte Abdomidale (AAA) entraîne chaque année le décès de 6 000 personnes daantage que les accidents de la route. La rupture de l’aorte abdominale peut déclencher une hémorragie massive dans le ventre. Ce risque mal connu peut être prévenu par un simple dépistage.

C’est le message que veulent faire passer les Pr Patrick Feugier et Patrick Lermusiaux du service de Chirurgie Vasculaire, le Pr Jean Ninet et le Dr Pascale Bureau du Colombier, responsables des Explorations Fonctionnelles Vasculaires au CHU de Lyon qui organisent le 15 décembre une campagne de dépistage gratuite.

Une simple échographie pratiquée par un radiologue ou un angiologue suffit à identifier la menace. Mais, Contrairement à d’autres pays, le dépistage de l’aorte abdominale n’est pas systématique en France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.