Angers : 580 000€ d’excédent pour l’exercice 2016

L’établissement angevin termine l’année en excédent de plus de 580 000 € au budget principal et maintient le cap de ses investissements. En dépit d’un contexte difficile dû à la baisse des tarifs, le CHU angevin a su préserver sa situation financière. Ces comptes certifiés "sans réserve" seront présentés le 19 mai 2017 au Conseil de surveillance de l’établissement.
L’établissement angevin termine l’année en excédent de plus de 580 000 € au budget principal et maintient le cap de ses investissements. En dépit d’un contexte difficile dû à la baisse des tarifs, le CHU d’Angers a su préserver sa situation financière. Ces comptes certifiés "sans réserve" seront présentés le 19 mai 2017 au Conseil de surveillance de l’établissement.
En 2016, l’activité du CHU a augmenté de 1,73% en volume, avec une hospitalisation complète stable et une hospitalisation de jour très dynamique (+4,9%). La masse salariale a, quant à elle, progressé de 1,73%. Les ratios prudentiels d’endettement restent inférieurs aux seuils réglementaires*.
Le CHU d’Angers peut, de la sorte, poursuivre son ambitieux plan d’investissement en 2017 : la réhabilitation complète de l’hôpital pédiatrique Robert-Debré à hauteur de 25 millions d’euros et le nouveau bâtiment U+ (urgences, soins critiques, imagerie) pour un montant de 120 millions d’euros.

Deux équipements importants d’imagerie médicale seront également remplacés et modernisés cette année : un des scanners de l’établissement (pour des activités de cardiologie, neurologie et vasculaire) et l’un des tomographes par émission de positions (Tep) du service de médecine nucléaire. Ces deux opérations représentent respectivement un coût de 828 500€ et 700 000€.
* Décret du 14 décembre 2011 
A lire sur le même sujet

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.