Angers : artistes en résidence

Quand l’hôpital devient source d’inspiration. Depuis 2008, le CHU d’Angers est habité par l’art. 6 mois par an, un artiste plasticien est accueilli en résidence de création au département de soins de suite et de longue durée. Présent en moyenne deux jours par semaine, le peintre ou le sculpteur tisse de liens avec les patients, leurs proches et les équipes hospitalières et signe une production artistique. Les œuvres souvent créées à partir d‘un détournement de matériel invitent à emprunter un chemin de traverse

Quand l’hôpital devient source d’inspiration. Depuis 2008, le CHU d’Angers est habité par l’art. 6 mois par an, un artiste plasticien est accueilli en résidence de création au département de soins de suite et de longue durée. Présent en moyenne deux jours par semaine, le peintre ou le sculpteur tisse de liens avec les patients, leurs proches et les équipes hospitalières et signe une production artistique. Les œuvres souvent créées à partir d‘un détournement de matériel invitent à emprunter un chemin de traverse pour penser autrement la maladie, le rapport au corps, la mission de l’hôpital dans la cité.
Et la greffe prend. Ephémères, curieuses, complices…  les conversations s’engagent autour de deux phrases : Que faites-vous là ? Et vous ? Vient alors le moment des confidences, l’un parle, l’autre écoute et se transforme. « C’était une expérience marquante et enrichissante, j’y repense souvent. Etant plus jeune, j’appréhendais ces rencontres avec des personnes malades, amoindries physiquement et parfois mentalement. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, j’ai appris à mieux vivre ces rencontres, à discuter de la maladie et surtout, à voir qu’il n’y avait pas de raisons d’avoir peur.» témoigne Evor qui fut plasticien en résidence en 2013. Il signe les « Nourritures célestes » des barquettes présentes sur les plateaux repas des patients, transformées par « ses soins » en un module de plâtre, puis en œuvre peinte.
Chaque année, un appel à candidature national est diffusé auprès des réseaux professionnels des arts visuels. L’artiste est ensuite choisi par un comité représentatif des équipes soignantes et médicales du service qui accueille la résidence, comité qui a connu peu de modification dans sa composition depuis sa création et qui a gagné en expertise. Aujourd’hui ses membres osent des choix artistiques de plus en plus audacieux chaque année. La sélection est effectuée avec l’accompagnement et la bienveillance de la conseillère arts plastiques de la DRAC des Pays de la Loire, Claire Nedellec.
Le plasticien sélectionné s’engage sur un temps dédié à la création d’une durée de six mois qui aboutit à une édition monographique. En contrepartie, l’artiste est rémunéré sur honoraires à hauteur de 3 000 euros pour son temps de création et ses frais de production des œuvres et de réalisation de l’édition à hauteur de 5 000 euros. Aucune animation d’atelier n’est exigée
La création se prolonge par une exposition et une acquisition
En 2013/2014, un partenariat avec la Galerie 5, galerie d’art installée au rez-de-chaussée de la bibliothèque universitaire d’Angers a donné une plus grande visibilité à la résidence en  lui offrant les cimaises  durant trois mois.
En 2014/2015, un nouveau partenariat est engagé avec deux services de la Ville d’Angers : le Grand Théâtre d’Angers accueille une exposition consacrée à Marie-Noëlle Deverre (lauréate 2014) du 7 juillet au 6 septembre 2015 ; l’artothèque s’engage à acquérir une œuvre réalisée par l’artiste en résidence au CHU d’Angers chaque année. Entrée dans une collection publique cette œuvre pourra être empruntée par les angevins et les institutions angevines : une autre façon d’ancrer cette initiative sur le territoire angevin.
Cette action s’inscrit dans le programme interministériel "Culture à l’hôpital", co-porté par le ministère des Affaires Sociales et de la Santé et le ministère de la Culture et de la Communication, avec un objectif commun :  faire de l’hôpital "un lieu plus humain ouvert sur la Cité". 
Le CHU d’Angers remercie la DRAC et à l’ARS des Pays de la Loire pour leur soutien indéfectible depuis la première résidence, le Conseil départemental de Maine et Loire et la Ville d’Angers.
Listes des artistes venus en résidence au CHU d’Angers
2008 : François Marcadon – http://cargocollective.com/francoismarcadon
2009 : Farida Le Suavé – www.faridalesuave.fr/
2010 : Michel Gerson – www.collectifr.fr/reseaux/michel-gerson
2011 : Chimène Denneullin – www.collectifr.fr/reseaux/chimene-denneulin
2012 : Cécile Benoiton  – http://www.collectifr.fr/reseaux/cecile-benoiton
2013 : Evor – www.evor.fr/
2014 : Marie-Noëlle Deverre – www.marienoelledeverre.com
Légende photo carrousel de la page d’accueil de RESEAU CHU  :
Alain Chudeau / association Entr’Art – 2015

Cette intervention artistique a été sélectionnée dans le cadre de l’opération Fenêtre sur l’art

Une fois par mois, RESEAU CHU ouvre une fenêtre sur une initiative artistique en territoire de santé. Chacune témoigne de l’impact positif des projets culturels dans les soins apportés aux personnes en souffrance/usagers/patients. Ces fenêtres éclairent la notion partagée et citoyenne du "prendre soin" menée par les établissements de santé. 
Fenêtre sur l’Art est le fruit d’un partenariat culturel 2015-2016 conclu entre Réseau CHU et la Commission culture des CHU et CHS présidée par Yann Bubien, directeur général du CHU d’Angers.
Pour retenir 12 projets parmi les 37 reçus de 21 établissements en réponse à l’appel à candidatures envoyé le 10 octobre 2014, un jury s’est réuni le 10 janvier 2015 et a établi une sélection rigoureuse en fonction des critères suivants :
 
– Le professionnalisme des intervenants artistiques et culturels
– la notion partenariale des projets
– la contextualisation des actions culturelles
– la dimension innovante des projets
 
Le jury présidé par Yann Bubien était composé de 
– Marie-Georges Fayn, éditrice de Réseau CHU
– Xavier Collal, chargé de mission du programme culture-santé, ministère de la santé et des affaires sociales
– Gilbert Labelle, chargé de mission culture-santé, ministère de la culture et de la communication
 
et du groupe Communication de la Commission Culture
– Sophie Bellon-Christofol, attachée culturelle de l’APHM.
– Karine Fraysse, déléguée aux affaires culturelles du CHRU de Lille;
– Maud Piontek, responsable de la culture et de la communication à l’EPSM de l’agglomération lilloise
– Céline Le Nay, directrice déléguée aux affaires générales du CHU d’Angers
– Delphine Belet, attachée culturelle du CHU d’Angers
– Denis Lucas, attaché culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.