Angers : #ChoisisTonInternat, l’invitation de Céline en 5 vidéos

Les épreuves classantes nationales (ECN) passées avec succès, il ne reste plus qu'à choisir son internat ! Mais dans quelle spécialité ? Dans lequel des 30 CHU ? Quelle région, quelle métropole sera la plus attractive ? C'est au tour des internes de faire leur sélection, une étape déterminante pour leur carrière. Pour les séduire le CHU et l’Université d’Angers font preuve d'imagination et n'hésitent pas à déployer un marketing créatif décliné en 5 vidéos en ligne sur le web.
Les épreuves classantes nationales (ECN) passées avec succès, il ne reste plus qu’à choisir son internat ! Mais dans quelle spécialité ? Dans lequel des 30 CHU ? Quelle région, quelle métropole sera la plus attractive ?  C’est au tour des internes de faire leur sélection, une étape déterminante pour leur carrière. Pour les séduire le CHU et l’Université d’Angers font preuve d’imagination et n’hésitent pas à déployer un marketing créatif en 5 vidéos en ligne sur le web.
Après le succès de leur campagne 2015 "Adopte1PUPH" créditée de milliers de vus sur internet, ils poursuivent dans le même style décalé et humoristique avec une deuxième web-série diffusée à partir du 20 juillet. 
Cinq vidéos sont programmées sur les mois de juillet et août, poursuivant l’objectif lancé en 2015 : saisir la période estivale pour valoriser Angers auprès des futurs internes, en pleine réflexion sur le choix d’un établissement de santé pour leur internat. Si l’humour et le ton décalé sont toujours la marque de cette campagne, la web-série "Céline choisit son internat" repose sur un concept différent. Cette année, les internautes suivront les aventures de Céline. Etudiante en médecine, elle vient de passer les ECNi (épreuves classantes nationales informatisées) et en appelle au Web pour l’aider à trouver, cet été, son internat pour l’année à venir.
Comme chacun s’y est déjà laissé prendre sur Internet, Céline s’éloignera un peu plus à chaque clic de sa requête initiale ; tombera sur des pages instructives, d’autres beaucoup plus insolites.
La première vidéo sera mise en ligne sur la chaîne Youtube du CHU d’Angers le 20 juillet.
Cette communication a boosté la notoriété de l’Université d’Angers, aujourd’hui à la quinzième place du peloton français des facs de médecine. En 2015, elle a accueilli 2 320 étudiants en médecine, toutes années d’études confondues.
En lien avec l’UFR Santé de l’Université d’Angers, le CHU forme les praticiens de demain, soit 770 internes attachés au centre hospitalo-universitaire et près de 100 étudiants sages-femmes. Un site à découvrir dans tous les sens du terme.
Article rédigé en partenariat avec remede.org – Anne Marie De Rubiana 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.