Angers et le développement durable

Les établissements hospitaliers produisent environ 700 000 tonnes de déchets, soit plus d'une tonne par lit et place, contre 390 kg de déchets par an par habitant en France. Autre caractéristique : la variété des déchets générés : 42 types allant des cartons aux médicaments périmés. En charge de la protection de la santé publique, les hôpitaux se doivent d’être exemplaires et de maîtriser au mieux l’impact humain, environnemental et économique de leurs activités. C’est pourquoi le CHU d’Angers promeut le développement durable. Un effort citoyen qu’il a choisi de présenter dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets du 19 au 27 novembre.

Les établissements hospitaliers produisent environ 700 000 tonnes de déchets, soit plus d’une tonne par lit et place, contre 390 kg de déchets par an par habitant en France. Autre caractéristique : la variété des déchets générés : 42 types allant des cartons aux médicaments périmés. En charge de la protection de la santé publique, les hôpitaux se doivent d’être exemplaires et de maîtriser au mieux l’impact humain, environnemental et économique de leurs activités. C’est pourquoi le CHU d’Angers promeut le développement durable. Un effort citoyen qu’il a choisi de présenter dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets du 19 au 27 novembre.

Les enjeux
La réduction des déchets permet en première intention la diminution des émissions de gaz à effet de serre et des substances nocives et polluantes. Cependant, il ne faut pas négliger l’aspect économique du tri des déchets qui permet de diminuer aussi les dépenses à la fois dans les phases de production, de transport et de traitement.

Le CHU d’Angers : une volonté d’exemplarité

Dans le cadre de sa démarche de développement durable*,  le CHU d’Angers développe le tri des déchets à la source et procède aux collectes séparées pour les déchets valorisables. Ainsi, une collecte séparée est effective depuis plusieurs années pour le carton, les piles, les déchets verts, les médicaments périmés, le matériel informatique, les lampes et tubes fluorescents, les cartouches d’imprimantes, les encombrants, le plastique, les archives médicales… En 2011, le CHU a mis en place de nouvelles filières de collectes séparées : canette aluminium, textile, archives administratives, équipements électriques et électroniques biomédicaux.Ces déchets sont ensuite traités dans des filières spécifiques. Ils font alors l’objet d’une élimination respectueuse de l’environnement (médicaments périmés, piles…) ou d’une valorisation : valorisation matière pour certains déchets (carton, déchets verts, film plastique, papier…), valorisation énergétique pour d’autres (emballage plastique…).
Les premiers résultats

En 2010, 276 kg de lampes et tubes fluorescents ont été collectés ainsi que 32 tonnes de déchets encombrants et 153 tonnes de déchets verts.En début de chaîne, les achats responsables doivent être conformes à la politique adoptée en matière de tri des déchets et le CHU d’Angers porte une attention particulière aux offres des fournisseurs intégrant le développement durable, la réduction des volumes d’emballages, la livraison sur des palettes réutilisables, les conditions de destruction ou de reprise des matériels ou des fournitures arrivés en fin de vie.
Pour en savoir plus
www.c2ds.eu
– Site de la semaine européenne de la réduction des déchets www.reduisonsnosdechets.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.