Angers : les formations en santé par la simulation

Après une pause estivale, le CHU et l'Université d'Angers reprennent leurs formations expertes en simulation santé. Leur offre s’appuie sur la plate-forme hospitalo-universitaire officiellement lancée en mai dernier ; une structure unique en France qui réunit tous les acteurs angevins de la simulation en santé au sein un groupement d'intérêt scientifique. Vidéos à l’appui…

Après une pause estivale, le CHU et l’Université d’Angers reprennent leurs formations expertes en simulation santé. Leur offre s’appuie sur la plate-forme hospitalo-universitaire officiellement lancée en mai dernier ; une structure unique en France qui réunit tous les acteurs angevins de la simulation en santé au sein un groupement d’intérêt scientifique. Vidéos à l’appui…


Angers, pionnier et acteur majeur de la formation continue en simulation

Les formations ouvertes dans cette plate-forme s’adressent aux professionnels hospitaliers : médecins, infirmiers, sages-femmes, aides-soignants. Elles s’inscrivent dans la formation initiale et dans le cadre du développement professionnel continu. Sur ce point la plate-forme angevine fait figure de pionnière en France, .

Au croisement de la théorie et de la pratique, la simulation est aujourd’hui une méthode d’apprentissage qui obéit à une double logique : développer l’expertise professionnelle et améliorer la sécurité des soins (Voir la vidéo sur la simulation en santé à Angers ici).

En France, le CHU d’Angers a su se positionner parmi les premiers acteurs répondant à cet objectif double. Dès 2008, il a créé un centre de simulation dédié à l’anesthésie et à la réanimation. Depuis, de nouvelles formations ont été développées, et même primées. C’est notamment le cas pour la formation à l’annonce en cancérologie avec l’aide du théâtre, qui a reçu le prix 2012 de l’Association nationale pour la formation des personnels hospitaliers (ANFH). Cette formation coordonnée par le Dr. José Hureaux fait intervenir la troupe théâtrale du CHU. Les comédiens endossent le rôle du patient et/ou du proche à qui le professionnel de santé doit annoncer un cancer (Voir la vidéo réalisée par l’ANFH en cliquant ici). Tous les soignants du territoire français peuvent bénéficier de cette formation angevine puisqu’elle est validante pour le développement professionnel continu (DPC) et référencée sur le site de l’Organisme gestionnaire du DPC.

 

Le centre de simulation est une des pièces maîtresses de la plate-forme hospitalo-universitaire. Etudiants en santé et professionnels peuvent y bénéficier de formations interdisciplinaires, notamment des sessions pour reconnaître et prendre en charge un enfant gravement malade, apprendre à gérer les situations de crise en réanimation et en bloc opératoire, une formation à la réanimation du nouveau-né en en salle de naissance et des séances de simulations en gynécologie-obstétrique.

556 personnes ont été formées au centre de simulation en 2012, un chiffre en constante augmentation. 86% de ces formés sont des professionnels du CHU.


Des experts angevins reconnus au niveau national

Place forte de la simulation en santé au niveau national, Angers peut également compter sur l’expertise de deux médecins du CHU : le Pr. Jean-Claude Granry et le Dr. Marie-Christine Moll.  Tout deux sont les référents nationaux en matière de simulation en santé. Ils sont les auteurs du rapport commandé par la Haute autorité en santé, faisant état des lieux de la pratique en simulation en France. Ces deux professionnels ont également rédigé un guide des bonnes pratiques en matière de simulation en santé, une référence pour cette discipline.

En images :

La vidéo réalisée par l’ANFH sur l’annonce en cancérologie avec l’aide du théâtre : cliquer ici.

La vidéo réalisée par l’Université d’Angers sur le centre de simulation angevin : cliquer ici.

Tous les soignants du territoire français peuvent bénéficier de cette formation angevine puisqu’elle est validante pour le DPC et référencée sur le site de l’OGDPC.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.