Angers : place forte de la simulation en santé

250 experts médicaux et paramédicaux francophones de la simulation en santé se réuniront à Angers les 6 et 7 février 2014 pour promouvoir les bénéfices de ce nouveau mode d’apprentissage devenu incontournable. Le point sera fait sur les avancées technologiques et sur les modalités d’évaluation de cet enseignement dynamique.

250 experts médicaux et paramédicaux francophones de la simulation en santé se réuniront à Angers les 6 et 7 février 2014 pour promouvoir les bénéfices de ce nouveau mode d’apprentissage devenu incontournable. Le point sera fait sur les avancées technologiques et sur les modalités d’évaluation de cet enseignement dynamique.
Les temps forts : la découverte des 50 abstracts, deux prix de la communication décernés aux meilleurs posters médical et paramédical et le 6  février, un direct avec les militaires américains basés à Washington qui présenteront leurs pratiques de formation par la simulation via une séance de visioconférence exceptionnelle.
« L’organisation de ce colloque francophone à Angers est une marque de confiance accordée aux équipes hospitalo-universitaires angevines, qui s’investissent depuis de nombreuses années pour enrichir et dynamiser cette discipline. » déclarent avec satisfaction le Pr. Jean-Claude Granry et le Dr Marie-Christine Moll, deux médecins du CHU d’Angers et référents nationaux en simulation en santé
La capitale de l’Anjou occupe un rôle majeur dans le domaine de la simulation en santé, grâce à l’expertise de ses professionnels de santé, à ses équipements ultra modernes comme ses mannequins haute fidélité et à la coopération dynamique déployée entre les équipes du CHU et de l’Université d’Angers. C’est sur ce  terreau fertile qu’ont pu se développer le centre de simulation du CHU d’Angers créé en 2008 et le Groupement d’intérêt scientifique fondé en mai 2013 qui renforce la dimension recherche de l’unité.
Du geste médical ou de soin à la prise en charge globale d’un patient victime d’un arrêt cardiaque, le centre de simulation du CHU d’Angers dirigé le Dr Jérôme Berton forme chaque année près 550 stagiaires, médecins, infirmiers, professionnels ou étudiants. Sa particularité, proposer un programme d’enseignement qui dépasse le seul acte technique pour intégrer le champ du management et de la communication au sein de l’équipe. Les disciplines enseignées : anesthésie, réanimation, annonce en oncologie…
Le centre dispose de mannequins high tech qui permettent de simuler une prise en charge globale. Les faux patients sont dirigés à distance par les formateurs qui ont, au préalable, imaginé un scénario complet. Depuis une régie et grâce à un matériel informatique de pointe, les formateurs provoquent diverses réactions réalistes chez le mannequin. Les étudiants doivent adapter leurs gestes et comportements pour assurer la bonne la prise en charge.
« Il est prouvé que les internes ayant bénéficié dans leur cursus de la simulation sont plus rapidement compétents. De même, il est attesté que l’utilisation de la simulation en formation continue permet aux médecins d’améliorer leurs performances lors de situations critiques "Suivant la technique d’apprentissage, la mémorisation est très différente. En moyenne, on retient 10 % de ce que l’on apprend en lisant, et 75 % de ce qui est appris par la pratique." constate Jérôme Berton.
Le 3ème Colloque francophone de simulation en santé est organisé par l’Association Francophone de Simulation en Anesthésie-Réanimation et en Médecine d’Urgence (AFSARMU), le centre de simulation de CHU d’Angers et l’Université d’Angers.
Pour en savoir plus : http://www.colloquesimulation-angers2014.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.