Angers veille sur le coeur des cosmonautes

A sa manière, le CHU d'Angers participe à la conquête spatiale en étudiant le système cardio-vasculaire des cosmonautes dans le cadre d'une coopération franco-russe : Depuis 2 ans l'établissement angevin co-anime, avec l'agence spatiale russe et le CNES un programme de recherche clinique et scientifique. Il s'agit de mettre au point un appareillage médical ("cardiomed") surveillant le système cardio-vasculaire des cosmonautes qui embarqueront à partir de l'année prochaine à bord de la station spatiale internationale.

A sa manière, le CHU d’Angers participe à la conquête spatiale en étudiant le système cardio-vasculaire des cosmonautes dans le cadre d’une coopération franco-russe : Depuis 2 ans l’établissement angevin co-anime, avec l’agence spatiale russe et le CNES un programme de recherche clinique et scientifique. Il s’agit de mettre au point un appareillage médical (« cardiomed ») surveillant le système cardio-vasculaire des cosmonautes qui embarqueront à partir de l’année prochaine à bord de la station spatiale internationale.

Le Docteur Marc-Antoine Custaud, du CHU d’Angers, reçoit cette semaine ses collègues russes pour une phase de test de cardiomed, système qui en est à ses derniers stades de développement. Ainsi pendant 5 jours, médecins et ingénieurs des 2 pays vont-ils réaliser une première série de tests avant de se retrouver en fin d’année, à Moscou, pour les derniers tests avant l’embarquement.

C’est à la fois ce programme de recherche, ses implications tant en médecine spatiale que ‘terrienne » et les modalités de la coopération franco-russe qui a été présenté à l’occasion du point Presse le 8 juin au CHU d’Angers. Le Docteur Custaud, service d’explorations fonctionnelles du CHU, et le Docteur Kotovskaya, de l’institut des problèmes biomédicaux de Moscou, en présence de Guillemette Gauquelin Koch – responsable « des sciences de la vie » au CNES, ont également rappelé les enjeux de la coopération franco-russe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.