Angioplasties coronaires guidées à distance et en direct

Le CHU d'Angers a entrepris en matière de télémédecine une démarche originale avec le Centre Hospitalier de Laval : supervision de l'acte d'angioplastie à distance et en direct. Ainsi grâce à un procédé de télémédecine véritablement innovant, un expert du du CHU peut "accompagner" en direct le geste de son collègue situé au CH de Laval.

Le CHU d’Angers a entrepris en matière de télémédecine une démarche originale avec le Centre Hospitalier de Laval : supervision de l’acte d’angioplastie à distance et en direct. Ainsi grâce à un procédé de télémédecine véritablement innovant, un expert du du CHU peut « accompagner » en direct le geste de son collègue situé au CH de Laval.

L’angioplastie coronaire est une activité couramment pratiquée au sein d’un CHU mais qui reste néanmoins un acte nécessitant une expertise et un savoir-faire particuliers.

Il convient pourtant d’en diffuser la pratique au-delà des CHU afin de répondre aux besoins de la population. Dans ce cadre, les Centres Hospitaliers Universitaires se doivent à leur mission de formation et de diffusion du savoir. Le Centre Hospitalier Universitaire d’Angers a entrepris, dans ce domaine, une démarche originale avec le Centre Hospitalier de Laval : Intégration des angioplasticiens de Laval dans l’équipe angevine via la télémédecine avec visualisation en direct et à distance des angioplasties coronaires.

Désormais, un expert hospitalier peut discuter en direct le geste de son collègue situé dans un autre établissement. Grâce à cette procédure de télémédecine, l’activité d’angioplastie coronaire est donc à présent effective au CH de Laval en lien avec l’équipe de référence du CHU placée sous la responsabilité du Pr. Philippe Geslin.

La diffusion en direct et en routine d’images dynamiques et le dialogue simultané entre praticiens font de cette coopération de télémédecine entre le CHU d’Angers et le CH de Laval une première en France. Dans les exemples que nous connaissons ce ne sont pas des images dynamiques qui sont transmises en direct mais des images fixes qui sont des aides au diagnostic mais pas à l’acte. Les images dynamiques ne sont transmises en direct qu’à l’occasion de congrès avec des moyens considérables type satellite. Tant du point de vue technique que financier, ces moyens sont impossibles à reproduire en routine.

La connexion originale entre Angers et Laval, a été rendue possible grâce au développement du réseau haut débit Mégalise.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.