Août 2017 : Attentats meurtriers en Espagne, œufs contaminés, le nouveau Levothyrox décrié, palmarès du Point

Le mois d'août 2017 gardera la marque effroyable et indélébile des attaques terroristes en Espagne, une nouvelle atteinte à la démocratie. A côté de cette tragédie les autres informations apparaissent mineures. Pour autant, les rubriques santé ont été largement remplies par le scandale des œufs contaminés au Fibronil, la controverse soulevée par la nouvelle formule du Levothyrox et par le Palmarès du Point, un incontournable de la rentrée sanitaire.
Le mois d’août 2017 gardera la marque effroyable et indélébile des attaques terroristes en Espagne, une nouvelle atteinte à la démocratie. A côté de cette tragédie les autres informations apparaissent mineures. Pour autant, les rubriques santé ont été largement remplies par le scandale des œufs contaminés au Fibronil, par la controverse autour de la nouvelle formule du Levothyrox et par le Palmarès du Point, un incontournable de la rentrée sanitaire. 

Attentats, la France aux côtés de l’Espagne en deuil

Jeudi 17 août, l’Europe revêt une nouvelle fois le brassard noir. Les Ramblas de Barcelone et la station balnéaire Cambrils en Catalogne (Espagne) ont été le théâtre d’une nouvelle attaque terroriste meurtrière moins de trois mois après celle du pont de Londres (Royaume-Uni) survenue le 3 juin 2017. Le bilan est lourd, 14 personnes ont trouvé la mort, 120 sont blessées de 35 nationalités dont 28 français. Consternation, émotion, les messages envoyés depuis la France expriment la solidarité envers un peuple ami pour qui l’été revêt avant tout les couleurs de la fête. Le monde entier a pleuré les victimes et exprimé sa solidarité avec l’Espagne amie.
Petite sélection de témoignages du monde de la santé parmi les innombrables soutiens français

Scandale sanitaire, les oeufs contaminés au fipronil ont défrayé la chronique estivale

Le Fibronil, antiparasitaire interdit par l’Union Européenne sur les animaux destinés à la consommation humaine, a été utilisé par des sociétés de désinfection dans des élevages de poules pondeuses élevées en batteries aux Pays-Bas, un des plus gros exportateurs d’œufs au monde. "Modérément toxique" ce traitement contre le pou rouge des poules se révèle "potentiellement nocif pour l’homme quand il est consommé en grande quantité ». Mais de son côté, le Monde cite l’agence de sécurité sanitaire néerlandaise, la NVWA qui conseille tout de même fortement de ne pas consommer les œufs les plus contaminés aux Pays-Bas, qui « constituent un danger pour la santé publique ». 
Des millions d’œufs labellisés « bio » ont été retirés du commerce 17 pays sont concernés dont 16 en Europe. En France, l’impact est énorme 250 000 œufs de consommation ont été vendus entre avril et juillet. On les retrouve chez seize établissements de transformation, deux conditionneurs et quarante grossistes – tous ont importé des œufs ou des produits à base d’œufs susceptibles de contenir du fipronil. 
Le jeudi 17 août le Ministère de l’Agriculture a diffusé une première liste de 17 références de gaufres à base d’œufs retirés du marché français à cause de leur concentration supérieure à la limite règlementaire en fipronil. Produites aux Pays-Bas, ces gaufres ont été commercialisées sous 8 grandes enseignes : Leclerc, Carrefour, Intermarché, Leader Price, Franprix, Système U, Monoprix et Casino. Cette information suit un premier communiqué rassurant du 7 août où le ministère affirmait : « Les autorités françaises n’ont pas, à ce jour, d’informations de contamination d’œufs en coquille et de viande destinés à la consommation ».
Ces informations contradictoires et inquiétantes pour la santé renforcent la défiance du public envers les agences de contrôle sanitaire et l’agrobusiness. A l’heure de la traçabilité et de l’exigence de transparence, ces circuits apparaissent particulièrement opaques 

Levothyrox : polémique autour de la nouvelle formule et leçon de communication donnée par une association

Près de 80 articles ont été publiés durant le mois d’août sur les effets indésirables de la nouvelle formule du Levothyrox. En France, ce traitement substitutif de l’hormone thyroïdienne T4* est prescrit aux personnes qui souffrent d’une hypothyroïdie, parce que leur thyroïde fonctionne mal ou a été enlevée. La polémique porte non pas sur la substance active celle-ci n’a pas été modifiée mais sur les excipients. Selon le laboratoire Merck, ces nouveaux produits garantissent une meilleure stabilité et tolérance du médicament, le lactose a été remplacé par du mannitol. 
L’Agence Nationale de sécurité du médicament et des dispositifs médicaux a beau assurer que cette modification ne change ni l’efficacité ni le profil de tolérance du médicament, – la suppression du lactose pourrait même l’améliorer – les patients constatent à leurs dépens nombre d’effets secondaires plus ou moins importants qui semblent indiquer une altération de l’équilibre thyroïdien.
Depuis le début de l’été, ils témoignent sur les réseaux sociaux. Supports privilégiés de partage de "l’expérience patient", les espaces communautaires du web s’affirment une fois de plus comme des "médias" à part entière et la polémique se décrypte davantage sur leurs pages que sur celles les journaux traditionnels.
Le 15 juin, l’association Vivre sans Thyroïde (VST)** demande aux patients concernés de noter leurs symptômes ; les effets indésirables les plus souvent constatés sont les suivants (82 réponses « exploitables » au 19 août)  : fatigue – hypersomnie journée (68%), migraine – maux de tête (37%), insomnie, problème de sommeil (28%), palpitations-tachycardie (27%),  vertiges, étourdissements (27%), maux de ventre-brûlures estomac (24%), diarrhée (22%),  prise de poids (18%),  angoisses-tristesse-anxiété-moral (17%), nausées (15%),  douleurs musculaires-articulaires (13%), problème de concentration-mémoire (12%),  constipation (11%),  irritabilité-énervement-émotivité (11%), gorge nouée-oppression-difficultés respiratoires (11%)…

Presque dans le même temps, une pétition lancée sur le site dédié "Mes opinions" le 24 juin 2017 recueille près de 70 000 signatures. « Quand on sait qu’il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d’avoir modifié ce médicament. » proteste Sylvielou initiatrice du mouvement, qui réclame aux laboratoires de revenir à l’ancienne formule.
Dans un article diffusé sur le site du Vidal, le 23 août, Jean-Philippe Rivière évoque l’effet-loupe probablement lié à internet, tout en rajoutant que des déséquilibres sont possibles et qu’il ne faut pas les négliger : "Rappelons que sur internet, la majorité des personnes s’exprimant sur un forum ou un réseau social le font pour questionner, se plaindre, s’inquiéter, se scandaliser. Lorsque tout va bien, les patients ne vont pas sur des discussions parlant de troubles de santé, d’où un déséquilibre". Cet usage particulier de la toile fait qu’elle ne reflète pas la réalité et qu’il est difficile d’estimer correctement l’ampleur d’un problème donné à partir des messages postés.
Pour l’heure, l’ANSM ne compte pas accéder à cette demande "Le changement de formule est définitif, il n’y aura pas de retour à l’ancienne formule qui était de qualité inférieure à la nouvelle formule" précise le journal des femmes du 21 août.
Or la transition se passe moins bien que prévu d’autant que la régulation des hormones thyroïdiennes requiert un dosage particulièrement précis. "Des patients ont vu leur dosage sanguin de la thyréostimuline (TSH) augmenter, d’autres baisser – « le changement d’excipient peut, chez certains, jouer sur l’absorption des hormones (et il faudra alors ajuster le dosage en conséquence, de quelques microgrammes vers le haut ou vers le bas, à voir avec son médecin). D’autres peuvent être particulièrement sensibles à l’un des excipients. (…)." explique Béate Bartès la présidente de l’association VST qui plaide en faveur d’une déclaration systématique des effets indésirables afin de permettre des analyses détaillées et une enquête de pharmacovigilance approfondie .
Le 23 août, le Parisien insiste " Les usagers pestent de n’avoir pas été informés du changement." et cite le professeur Lifante (Hospices Civils de Lyon) " Les maladies de la thyroïde rendent plus sensible aux changements et exacerbent l’anxiété" (…) "Il est clair que le manque d’information a jeté le trouble" reconnait le scientifique.
Et pour calmer le jeu l’ANSM rappelle le dispositif d’information déployé : lettre envoyée aux professionnels de santé, questions/réponses mises en ligne et à partir du 23 août, activation à 9 heures d’un numéro vert pour répondre aux inquiétudes. Mais les documents diffusés au moment de la mise à disposition disaient simplement « aucun changement n’est attendu chez les patients » – "du coup, les patients concernés ont mis longtemps à faire le lien entre leurs symptômes et le changement de formule, et n’étaient pas toujours écoutés par leurs médecins" souligne Béate Bartes. Prenant du recul, elle rappelle qu’un phénomène identique était survenu en Belgique en 2015 au moment où la L-Thyroxine belge (Christiaens/Takeda) changeait de formule. " Ce qui a été TRES différent, entre la France et la Belgique, c’est l’information : l’ANSM a voulu "ne pas inquiéter inutilement" (afin "d’éviter tout effet nocebo"), et a diffusé l’information à 100.000 professionnels de santé, ainsi que sur son site, mais pas directement aux patients. Et, surtout, elle n’a pas prévenu que ce changement de formule pouvait chambouler l’équilibre thyroïdien et qu’il fallait être attentifs aux éventuels symptômes. Par contre, en Belgique, l’information était exhaustive et beaucoup plus détaillée. Du coup il n’y a pas eu le vent de panique que vient de connaître la France. décrypte Beate Bartes. Non seulement il y avait des lettres aux médecins et aux pharmaciens, mais aussi une information qui ciblait directement les patients : une impression "Nouvelle formule" sur les boites, en rouge, ainsi qu’une petite carte dans chaque boite (et cela pendant un an) !" Pourquoi ne pas avoir tirer les enseignements de ce qui a bien fonctionné ailleurs ? 
Le Parisien donne la parole au laboratoire mis en cause. Merck France se défend par la voix de Sylvie Chabac, sa directrice des affaires médicales qui rappelle que "le principe actif n’a pas changé". A la question concernant l’intérêt financier à avoir modifié les excipients, la réponse avancée se veut convaincante "(…) non. Nous avons investi 32 M€ sur cinq ans pour mettre au point cette nouvelle formule, sans répercussion sur les prix (…) Pour l’instant, cela nous revient donc plus cher même si les coûts se stabiliseront par la suite. "
Cette regrettable polémique aura émoussé la confiance des patients dans la  pertinence des procédures de l’ANSM et orienté leurs soupçons vers la main invisible de Big Pharma.

Palmarès du Point

Jeudi 24 août, l’hebdomadaire publie en grande pompe son 21 palmarès. Un marronnier dans le paysage de l’information santé. Et tout de suite les agences, quotidiens et magazines et réseaux sociaux reprennent à l’unisson le classement de tête qui finalement varie très peu d’une année sur l’autre : 1er Bordeaux, 2ème Toulouse, 3ème Lille. Au total, l’événement aura suscité plus de 80 publications dans la semaine dans la presse nationale et surtout dans la presse régionale et spécialisée.
37 sites hospitalo-universitaires, 6 hôpitaux généraux et 7 établissements privés participant au service public composent le tableau d’honneur des 50 meilleurs hôpitaux de France.
Nombreux sont les établissements qui relaient l’information, rappelant leurs bons scores, le mérite de leurs équipes et leur fierté d’être ainsi reconnus, attestant le fait que le classement du Point est désormais devenu un label qualité.
A noter les remerciements du CHU de Toulouse à ses équipes qui a leur a dédié une animation largement retweetée.

A retenir enfin la référence du CHU de Saint-Etienne aux performances du GHT dont il est le pivot. D’ailleurs, le prochain classement du Point sera peut-être celui des GHT et des parcours et filières de soins par territoire ? 
Marie-Georges Fayn

_____________
Sources
Wikipedia – page dédiée au scande des oeufs contaminés
https://fr.wikipedia.org/wiki/Scandale_des_%C5%93ufs_contamin%C3%A9s_au_fipronil
Levothyrox
*Naturellement produite par la thyroïde, cette hormone indispensable participe à la régulation du métabolisme, à la croissance et développement des tissus, à l’assimilation des nutriments, à la thermorégulation et à la régulation du système cardio-vasculaire.
**Les patients sont invités à déclarer les effets inhabituels au numéro vert du laboratoire : 0 800 888 024 ou href= »mailto:infoqualit@merckgroup.com » ou sur le portail gouvernemental "signaler un effet indésirable" : href= »https://signalement.social-sante.gouv.fr  » target= »_blank »
***Pétition Contre le nouveau Lévothyrox dangereux pour les patients !
https://www.mesopinions.com/petition/sante/contre-nouveau-levothyrox-dangereux-patients/31185

Lévothyroxine ANSM – Point d’information
http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Levothyroxine-mise-a-disposition-de-la-specialite-italienne-Eutirox-Point-d-information

Journal des femmes – 21 août – Levothyrox : la nouvelle formule inquiète les patients
http://sante.journaldesfemmes.com/maux-quotidien/1878423-levothyrox-nouvelle-formule-effets-secondaires-ansm/
Le Parisien – 23 août
Thyroïde : les malades en colère contre la nouvelle formule du Levothyrox
http://www.leparisien.fr/societe/thyroide-les-malades-en-colere-contre-la-nouvelle-formule-du-levothyrox-23-08-2017-7207752.php
Vidal – 23 août
LEVOTHYROX : numéro vert pour répondre aux questions après le changement de formule href= »https://www.vidal.fr/actualites/21946/levothyrox_numero_vert_pour_repondre_aux_questions_apres_le_changement_de_formule/ » target= »_blank »
Vivre sans thyroïde – https://www.forum-thyroide.net/
"Vivre sans Thyroïde" est une association créée en août 2007 à partir d’un forum de patients ouvert en octobre 2002. Cette plateforme est un espace de partage d’expériences et d’aide aux patients qui cherchent à se renseigner et à échanger entre eux, afin d’affronter solidairement l’épreuve de la maladie. https://www.forum-thyroide.net/index.html?https://www.forum-thyroide.net/phpBB/ftopic53823.html
Palmarès le Point
Le Point – 24 août EXCLUSIF. Les 50 meilleurs hôpitaux de France
http://www.lepoint.fr/palmares-hopitaux/exclusif-les-50-meilleurs-hopitaux-de-france-23-08-2017-2151791_41.php
Ouest-France 25 août
Palmarès des hôpitaux. Nantes et Rennes dans les 10 premiers
http://www.ouest-france.fr/sante/palmares-des-hopitaux-nantes-et-rennes-dans-les-10-premiers-5205111
France 3 régions 24 août…
Lille sur le podium des meilleurs hôpitaux de France – France 3 Hauts-de-France
http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/lille/lille-podium-meilleurs-hopitaux-france-1316225.html
Dijon : le CHU François Mitterrand à la pointe de l’ophtalmologie
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/dijon-chu-francois-mitterrand-pointe-ophtalmologie-1316705.html
Réseau CHU – 23 août
Palmarès 2017 du Point : 1er Bordeaux, 2ème Toulouse, 3ème Lille
https://www.reseau-chu.org/article/palmares-2017-du-point-1er-bordeaux-2eme-toulouse-3eme-lille/

 

                                                      Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.