Août 2018 : pas de surchauffe aux urgences, le Palmarès du Point, une réforme très attendue

Les épisodes caniculaires du mois d’août n’ont entraîné aucun afflux aux urgences. Une anticipation et une information efficaces ont montré que la France savait tirer des leçons du passé. L’actualité de cette pré-rentrée a aussi été marquée par la sortie du classement du Point et par la confirmation d’un prochain grand rendez-vous mi-septembre : la réforme de la santé.
Les épisodes caniculaires du mois d’août n’ont entraîné aucun afflux aux urgences. Une anticipation et une information efficaces ont montré que la France savait tirer des leçons du passé. L’actualité de cette pré-rentrée a aussi été marquée par la sortie du classement du Point et par la confirmation d’un prochain grand rendez-vous mi-septembre : la réforme de la santé.

Canicule : un bilan rassurant

« Le dernier épisode a été plutôt bien géré, notamment grâce aux campagnes de prévention, et n’a pas beaucoup accru l’activité déjà soutenue des #urgences » – AFP du 13 août. Au dire des urgentistes eux-mêmes, une situation annoncée comme très risquée a pu être maîtrisée ! En effet, avec un thermomètre culminant à 40° pas moins de 66 départements étaient placés en vigilance orange début août France info du 3 août et 29 hôpitaux ont été placés en tension… mais ils n’ont pas été débordés. La France a su tirer tous les enseignements du dramatique été 2003. L’anticipation, les campagnes de prévention via des spots télévisés et des messages relayés sur les réseaux sociaux, l’affectation de pièces rafraîchies en maisons de retraite, le suivi de l’hydratation des personnes âgées grâce à des verres connectés… les dispositifs et les savoirs capitalisés depuis 15 ans ont limité la suractivité des services hospitaliers pendant les fortes chaleurs reconnaissait le monde du 13 août
Parmi les hôpitaux placés en tension, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris a diffusé un point de situation quotidien des passages dans ses services d’urgence. Ses équipes en vigilance se sont préparées à accueillir un éventuel afflux de patients victimes de la canicule. Or, selon un suivi quotidien assuré du 2 au 10 août, l’AP-HP n’a connu aucun afflux ni même augmentation significative du nombre de cas de pathologies liées à la chaleur aux urgences adultes et pédiatriques en Ile-de-France. Leur volume global est resté stable, seuls les passages de personnes âgées de plus 75 ans ont légèrement augmenté. 
Le 21 août, la ministre de la Santé, confirmait sur le plateau de France info au micro de France bleu qu’il n’y a pas eu d’alerte massive, « les signaux d’aujourd’hui sont rassurants », les services d’urgence qui ont connu une petite sur activité. "Il n’y a pas eu de signaux inquétants des maisons de retraite ni des services funéraires. Il faudra attendre mi-septembre pour connaître les chiffres de mortalités" 
*Hôpital en tension est un dispositif qui correspond à une veille renforcée et vise à accélérer les sorties d’hospitalisation à l’approche du week-end. 

Publication du Palmarès du Point 

Un suspens qui n’en est plus vraiment un. Le 24 août le Point publiait son 22e Palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques de France. Au tableau d’honneur des 50 meilleurs établissements publics, les CHU et sites hospitalo-universitaires accaparent 38 places. En tête le tiercé gagnant des années précédentes mais dans un ordre différent : Toulouse, Bordeaux, Lille. Figurer au tableau d’honneur du palmarès du Point signifie en clair être bien placé dans le traitement d’une majorité des 70 pathologies. Les services sont passées au tamis de critères qui croisent activité, notoriété, taux d’ambulatoire, technicité, spécialisation, indice de gravité des cas traités…
La reconnaissance de l’excellence des équipes a donné lieu à la publication de communiqués de synthèse de la part des CHU qui reprenaient les très bonnes places de leurs unités dans les différents classements. 
Dans une enquête sur les SAMU menée par le magazine, l’AP-HP a été mise à l’index pour son faible taux de réponse aux appels a adressé un communiqué rectificatif expliquant que les appels doivent être comptabilisés avec prudence du fait de l’importance des taux d’erreurs dans la numérotation le »15 » se rapprochant du « 01 5… » 

Prochaine réforme de la santé

A trois semaines de la présentation de la grande réforme, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn a d’ores été déjà assuré qu’"Il n’y aura aucune fermeture d’un hôpital de proximité" sur France Info le 21 août, "car les français en ont besoin". Pour le Quotidien du médecin, "Buzyn démine avant l’annonce prévue « mi-septembre »"
Mais la ministre devra répondre aussi aux messages d’alerte lancés depuis plusieurs mois par les personnels des hôpitaux psychiatriques du Rouvray, de Rouen et d’Amiens. Le 22 août, Frédéric Valletoux, Président de la FHF et André Grimaldi, Professeur émérite de diabétologie au CHU de la Pitié-Salpêtrière,  ont alerté au micro d’Europe 1 sur "le burn out de l’hôpital et la souffrance du personnel" ; le sujet "c’est bien le système de santé" dans son ensemble car ses dysfonctionnements pèsent in fine sur l’hôpital.
Marie-Georges Fayn

 

                                                      Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.