AP-HP et Institut Pasteur : plus forte la coopération !

Forts de vingt années de coopération fructueuse l’AP-HP et l’institut Pasteur renforcent leur alliance par un accord-cadre signé le 4 avril 2014. Au programme, des partenariats intensifiés dans les domaines du soin, de la recherche clinique et épidémiologique.

Forts de vingt années de coopération fructueuse l’AP-HP et l’institut Pasteur renforcent leur alliance par un accord-cadre signé le 4 avril 2014. Au programme, des partenariats intensifiés dans les domaines du soin, de la recherche clinique et épidémiologique.

La collaboration entre l’Institut Pasteur et l’AP-HP remonte aux années 90. Leurs complémentarités médicales et scientifiques sont à l’origine du dépôt d’une vingtaine de brevets en co-propriété hors brevet sida,  de 118 brevets sida et de plus d’une quarantaine de contrats de recherche. A leur actif également la création du centre clinique en vaccinologie Cochin-Pasteur pour la réalisation d’essais vaccinaux et du centre d’infectiologie Necker-Pasteur structure de référence en infectiologie en Ile-de-France.

En 2009, l’AP-HP et l’Institut Pasteur officialisaient ces partenariat par un premier accord-cadre afin faciliter leurs échanges. Le second, conclu le 4 avril 2014 par Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP et le Pr Christian Brechot, directeur général de l’Institut Pasteur, vise à intensifier les coopérations en matière de recherche sur les maladies infectieuses, les neurosciences, le cancer, l’épidémiologie, la vaccinologie et les biothérapies et à faciliter l’intégration de la recherche sur différents sites hospitaliers de l’AP-HP, en particulier à l’hôpital Necker. En perspective également l’élaboration d’une politique homogène de valorisation.

Les coopérations entre l’AP-HP et l’Institut Pasteur couvriront de nouveaux champs : l’organisation conjointe d’appels à projets, la réalisation d’essais vaccinaux et d’essais cliniques, l’échange régulier d’informations sur les activités de recherche, la mise en commun de moyens techniques et des échanges croisés de personnels. 

En stimulant les avancées de la science fondamentale, cet accord-cadre aura un impact direct et rapide sur la qualité et la performance des soins délivrés aux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.