« AQUILION ONE » : le scanner volumique dynamique du CHU

Vaisseau spatial ? Navette interstellaire ? Que nenni ! Ce scanner médical de la 4ème dimension qui intègre la dimension temporelle est opérationnel au CHU de Nancy. Unique exemplaire en France et quatrième en Europe (il y en a une dizaine au monde), il offre la possibilité d'explorer les organes en mouvement. Installé dans les locaux de l'imagerie Guilloz de l'hôpital Central sous la responsabilité du Pr Alain Blum, chef de service d'imagerie médicale, « Aquilion One » qui scanne plus vite et plus grand a été mis au point par le japonais Toshiba après dix années de recherche.

Vaisseau spatial ? Navette interstellaire ? Que nenni ! Ce scanner médical de la 4ème dimension qui intègre la dimension temporelle est opérationnel au CHU de Nancy. Unique exemplaire en France et quatrième en Europe (il y en a une dizaine au monde), il offre la possibilité d’explorer les organes en mouvement. Installé dans les locaux de l’imagerie Guilloz de l’hôpital Central sous la responsabilité du Pr Alain Blum, chef de service d’imagerie médicale, « Aquilion One » qui scanne plus vite et plus grand a été mis au point par le japonais Toshiba après dix années de recherche.

Aquilion One est un scanner médical de haut vol, une technologie d’avant-garde qui permet de saisir la structure tridimensionnelle (volumique) et le fonctionnement d’organes (dynamique) en très haute résolution et en une seule rotation (« ONE ») du tube à rayons X. Son système de détection, grâce à sa couverture anatomique exceptionnelle de 16 cm (320 détecteurs très haute résolution de 0,5 mm), permet d’avoir accès au fonctionnement d’organes tels que le coeur ou le cerveau, de suivre l’évolution de tumeurs ou de visualiser le fonctionnement des articulations.
Avantages : des diagnostics non invasifs rapides (ce qui est fondamental en face de maladies qui mettent en jeu le pronostic vital), un accroissement du confort du patient, un taux de radiation réduit de 40% en moyenne et moins de produit de contraste injecté. Depuis le mois de juin dernier 400 patients ont été explorés sur l’Aquilion One (durée moyenne 20 minutes) à un coût d’examen similaire à ceux réalisés sur des scanners conventionnels. Comme les autres, il permet de visualiser chaque structure de l’organisme, en particulier tous les éléments profonds, difficilement accessibles aux radiographies ou aux ultrasons comme le thorax ou l’abdomen. Mais ce scanner de dernière génération est irremplaçable pour observer l’irrigation des différentes zones cérébrales ou obtenir des images dynamiques du fonctionnement de n’importe quel organe (pancréas tout entier, deux reins en même temps, le foie…).

L’acquisition de l’Aquilion One a été rendu possible grâce à un business plan approuvé par la direction du CHU et l’ARH lorraine qui voit l’établissement hospitalier engagé au côté du fabricant japonais dans une série d’études pour mettre au point des protocoles d’utilisation et définir de nouvelles applications.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.