Art en pédiatrie

Pourquoi un atelier d'art en service de médecine pédiatrique hospitalo-universitaire ? « Parce qu'il faut laisser parler l'imaginaire de l'enfant pendant ce moment important et parfois douloureux que constitue l'hospitalisation. L'activité d'art est aussi un moyen de lui procurer du plaisir. » explique le Dr Marie-José Penniello-Vallette.

Dans le service, tous les professionnels veillent à la santé des adolescents, les liens avec l’extérieur sont entretenus par l’éducatrice et l’instituteur, l’activité d’art va, quant à elle, faciliter l’expression d’émotions liées à leur souffrance psychique ou corporelle. D’autres « choses » peuvent s’exprimer relevant davantage de l’histoire personnelle.

Un rôle d’initiation et de transmission

La qualité des ?uvres révèle des capacités créatrices souvent insoupçonnées. Les productions ne font jamais l’objet d’interprétations psychologiques par l’équipe, elles sont considérées comme les créations d’un enfant artiste à l’hôpital. Mais l’art reste un chemin ardu qui passe par la maîtrise de techniques et par la rigueur, c’est pourquoi l’accompagnement est nécessaire.

« Il faut aider l’enfant à choisir ou à inventer ses propres outils au service de son imagination et de sa réflexion. Survenant au moment de l’expérience intense de la maladie, mon intervention permet de faire progresser l’enfant dans sa conscience de soi et sa confiance en soi en s’appropriant des savoir-faire nouveaux et en découvrant des aptitudes inexplorées. » commente Marie-Liesse Clavreul, titulaire du Diplôme National Supérieur d’Etudes Plastiques et animatrice de l’atelier d’Art.

Cependant l’ouverture de cet atelier désormais apprécié par tous au sein de l’hôpital a requis énormément d’énergie de la part de ses instigateurs et pas moins de trois ans de démarches, de rendez-vous, de recherche de financement?

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.