Arthrose des doigts : la piste prometteuse du méthotrexate explorée à Nice

Déformations irréversibles au niveau des articulations de la main, douleurs importantes, enraidissement, difficultés à réaliser les gestes de la vie quotidienne, l'arthrose des doigts est une maladie articulaire très fréquente. Dans sa forme la plus grave, elle peut entraîner des destructions osseuses : l’arthrose érosive. Jusqu'à présent les avancées de la recherche ont permis de mieux comprendre cette affection mais aucun traitement n’a apporté la preuve de sa capacité à stopper la détérioration progressive des articulations digitales. Porteurs d'espoir, les travaux prometteurs du professeur Christian Roux et du docteur Stéphanie Ferrero du service de rhumatologie du CHU de Nice ont montré que le traitement par méthotrexate ralentit l’évolution invalidante de la maladie.
Déformations irréversibles au niveau des articulations de la main, douleurs importantes, enraidissement, difficultés à réaliser les gestes de la vie quotidienne, l’arthrose des doigts est une maladie articulaire très fréquente. Dans sa forme la plus grave, elle peut entraîner des destructions osseuses : l’arthrose érosive. Jusqu’à présent les avancées de la recherche ont permis de mieux comprendre cette affection mais aucun traitement n’a apporté la preuve de sa capacité à stopper la détérioration progressive des articulations digitales. Porteurs d’espoir, les travaux prometteurs du professeur Christian Roux et du docteur Stéphanie Ferrero du service de rhumatologie du CHU de Nice ont montré que le traitement par méthotrexate ralentit l’évolution invalidante de la maladie.
L’efficacité parait maximum lorsque le traitement est précoce particulièrement dans les formes très inflammatoires. C’est le premier travail contrôlé, réalisé avec une méthodologie rigoureuse, visant à tester l’efficacité de la molécule dans cette indication. Ses résultats prometteurs à terme, pourront changer la vie des millions de personnes concernées et malheureusement trop souvent délaissées, faute de traitement efficace.  
La recherche niçoise vient d’être primée par l’American College of Rheumatology. Lors du congrès d’Atlanta (USA) de novembre 2019, les auteurs ont été invités à présenter leurs résultats en séance plénière. Cette reconnaissance de la profession récompense plusieurs années de recherche des équipes du CHU de Nice. Leur travaux vont cependant nécessiter une confirmation par une étude plus large. Les auteurs ont déjà entrepris la recherche d’un financement nécessaire à l’organisation et à la réalisation d’une étude internationale de plus grande ampleur.

Mieux connaître l’arthrose

Première cause de handicap après 40 ans, l’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. Elle touche 65% des personnes de plus de 65 ans et plus de 10 millions de personnes en France. Principalement localisée aux genoux et aux doigts, le diagnostic clinique est confirmé par des radiographies. Sur les doigts, les radios permettent d’évaluer le pincement articulaire, les érosions, les nouvelles excroissances osseuses (ostéophytes) les condensations osseuses.
Les femmes sont les plus touchées par l’arthrose digitale, très invalidante. Plusieurs études parues dans des revues internationales ont montré que son impact sur la qualité de vie est au moins égal, sinon plus important, que celui de la polyarthrite rhumatoïde, pourtant beaucoup moins fréquente. La polyarthrite rhumatoïde a bénéficié de réelles avancées thérapeutiques alors que l’arthrose digitale ne dispose pas à ce jour de traitement efficace.
L’arthrose digitale, s’observe surtout sur la dernière articulation entre 2° et 3° phalanges. Une cause mécanique est fréquente, les mouvements et gestes répétés dans un cadre de loisir ou professionnel. Une surcharge pondérale est souvent associée : les personnes obèses ont deux fois plus de risques de développer une arthrose digitale. Ce qui nécessairement doit faire envisager la nécessaire intervention de facteurs métaboliques à côté du facteur mécanique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.