Arthrose des doigts : la piste prometteuse du méthotrexate explorée à Nice

Déformations irréversibles au niveau des articulations de la main, douleurs importantes, enraidissement, difficultés à réaliser les gestes de la vie quotidienne, l'arthrose des doigts est une maladie articulaire très fréquente. Dans sa forme la plus grave, elle peut entraîner des destructions osseuses : l’arthrose érosive. Jusqu'à présent les avancées de la recherche ont permis de mieux comprendre cette affection mais aucun traitement n’a apporté la preuve de sa capacité à stopper la détérioration progressive des articulations digitales. Porteurs d'espoir, les travaux prometteurs du professeur Christian Roux et du docteur Stéphanie Ferrero du service de rhumatologie du CHU de Nice ont montré que le traitement par méthotrexate ralentit l’évolution invalidante de la maladie.
Déformations irréversibles au niveau des articulations de la main, douleurs importantes, enraidissement, difficultés à réaliser les gestes de la vie quotidienne, l’arthrose des doigts est une maladie articulaire très fréquente. Dans sa forme la plus grave, elle peut entraîner des destructions osseuses : l’arthrose érosive. Jusqu’à présent les avancées de la recherche ont permis de mieux comprendre cette affection mais aucun traitement n’a apporté la preuve de sa capacité à stopper la détérioration progressive des articulations digitales. Porteurs d’espoir, les travaux prometteurs du professeur Christian Roux et du docteur Stéphanie Ferrero du service de rhumatologie du CHU de Nice ont montré que le traitement par méthotrexate ralentit l’évolution invalidante de la maladie.
L’efficacité parait maximum lorsque le traitement est précoce particulièrement dans les formes très inflammatoires. C’est le premier travail contrôlé, réalisé avec une méthodologie rigoureuse, visant à tester l’efficacité de la molécule dans cette indication. Ses résultats prometteurs à terme, pourront changer la vie des millions de personnes concernées et malheureusement trop souvent délaissées, faute de traitement efficace.  
La recherche niçoise vient d’être primée par l’American College of Rheumatology. Lors du congrès d’Atlanta (USA) de novembre 2019, les auteurs ont été invités à présenter leurs résultats en séance plénière. Cette reconnaissance de la profession récompense plusieurs années de recherche des équipes du CHU de Nice. Leur travaux vont cependant nécessiter une confirmation par une étude plus large. Les auteurs ont déjà entrepris la recherche d’un financement nécessaire à l’organisation et à la réalisation d’une étude internationale de plus grande ampleur.

Mieux connaître l’arthrose

Première cause de handicap après 40 ans, l’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. Elle touche 65% des personnes de plus de 65 ans et plus de 10 millions de personnes en France. Principalement localisée aux genoux et aux doigts, le diagnostic clinique est confirmé par des radiographies. Sur les doigts, les radios permettent d’évaluer le pincement articulaire, les érosions, les nouvelles excroissances osseuses (ostéophytes) les condensations osseuses.
Les femmes sont les plus touchées par l’arthrose digitale, très invalidante. Plusieurs études parues dans des revues internationales ont montré que son impact sur la qualité de vie est au moins égal, sinon plus important, que celui de la polyarthrite rhumatoïde, pourtant beaucoup moins fréquente. La polyarthrite rhumatoïde a bénéficié de réelles avancées thérapeutiques alors que l’arthrose digitale ne dispose pas à ce jour de traitement efficace.
L’arthrose digitale, s’observe surtout sur la dernière articulation entre 2° et 3° phalanges. Une cause mécanique est fréquente, les mouvements et gestes répétés dans un cadre de loisir ou professionnel. Une surcharge pondérale est souvent associée : les personnes obèses ont deux fois plus de risques de développer une arthrose digitale. Ce qui nécessairement doit faire envisager la nécessaire intervention de facteurs métaboliques à côté du facteur mécanique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.