Arythmies cardiaques : une nouvelle salle pour des traitements innovants

L’hôpital Hôpital Cardio Vasculaire et Pneumologique Louis Pradel du CHU de Lyon est un des premiers établissements européens a être équipé d’une salle de cardiologie interventionnelle de dernière génération. Un plus en termes de sécurité et de performance pour les patients souffrant d’arythmies cardiaques : tachycardie (accélération de la cadence cardiaque) ou bradycardie (ralentissement). La fibrillation auriculaire quant à elle, provoque un rythme irrégulier lent ou rapide. Ces troubles du rythme cardiaque concernent plusieurs millions de personnes, adultes ou enfants.

L’hôpital Hôpital Cardio Vasculaire et Pneumologique Louis Pradel du CHU de Lyon est un des premiers établissements européens a être équipé d’une salle de cardiologie interventionnelle de dernière génération.  Un plus en termes de sécurité et de performance pour les patients souffrant d’arythmies cardiaques : tachycardie (accélération de la cadence cardiaque)  ou bradycardie (ralentissement). La fibrillation auriculaire quant à elle,  provoque un rythme irrégulier lent ou rapide. Ces troubles du rythme cardiaque concernent plusieurs  millions de personnes, adultes ou enfants.
Ces affections entraînent des palpitations, des essoufflements ou des douleurs thoraciques voire des vertiges ou des pertes de connaissance. A l’extrême un accident vasculaire cérébral peut être la première manifestation du trouble du rythme cardiaque.  Ces troubles peuvent être traités par médicaments mais de plus en plus souvent ils sont résolus grâce à la  cardiologie interventionelle.
– le cardiologue introduit  une sonde très fine dans la veine fémorale située à l’aine. Elle est ensuite glissée jusqu’à l’intérieur du cœur. Au bout de la sonde deux types d’outils  peuvent : soit brûler par radiofréquence la zone malade, soit la détruire par le froid (cryoablation).
– Le rythmologue* peut aussi implanter chez les patients des défibrillateurs ou des pacemakers, le plus souvent sous anesthésie locale. 
Comme dans un cockpit d’avion, l’opérateur a face à lui un pavé d’images avec une cartographie en 3D du cœur du patient.
Les interventions, sous anesthésie locale, durent en moyenne 2 à 3 heures.
Les patients retrouvent immédiatement un rythme cardiaque normal pendant l’intervention. Ils restent hospitalisés 2 ou 3 jours et ne souffrent pas de douleurs post chirurgicales.  Les  enfants peuvent en bénéficier mais sous anesthésie générale.
*L’électricien du coeur
La rythmologie est une discipline cardiaque très précise qui demande une formation longue et difficile. Elle s’intéresse aux troubles du rythme cardiaque. Tout comme un moteur de voiture le cœur a un « starter » qui gère l’impulsion électrique. Le courant électrique normal  peut être inhibé par d’autres foyers d’excitation qui s’activent spontanément.
Ce sont ces « orages rythmiques » que le rythmologue étudie et détruit.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.