Assises hospitalo–universitaires: le virage du numérique au cœur des enjeux de compétence

À l’occasion des 16es Assises nationales hospitalo-universitaires qui se tiennent à Poitiers, l’UNESS.fr présente les résultats de son enquête nationale sur la «Place du numérique dans la formation en santé et les enjeux de la formation du numérique en santé» (1). Avec, parmi les principaux enseignements, une attente forte des professionnels de santé, des étudiants et des enseignants pour bénéficier de formations de qualité offertes par un acteur "légitime".

À l’occasion des 16es Assises nationales hospitalo-universitaires qui se tiennent à Poitiers, l’UNESS.fr présente les résultats de son enquête nationale sur la «Place du numérique dans la formation en santé et les enjeux de la formation du numérique en santé» (1). Avec, parmi les principaux enseignements, une attente forte des professionnels de santé, des étudiants et des enseignants pour bénéficier de formations de qualité offertes par un acteur "légitime".
La place du numérique dans le secteur de la santé ne cesse de croître. A titre d’exemple, 60% des médecins utilisent régulièrement les outils numériques et le digital pour se former. Une évolution très appréciée par les patients : en effet, selon les résultats de l’enquête nationale sur la « place du numérique dans la formation en santé et les enjeux de la formation du numérique en santé », présentée par l’UNESS.fr à l’occasion des 16èmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires, 83% des Français affirment que le fait de savoir que leurs soignants (médecins, pharmaciens, infirmières etc.) se forment aux dernières connaissances, notamment via les outils numériques, est un élément susceptible de renforcer leur confiance et leur fidélité à leur égard. Mais seuls 46% des Français interrogés pensent que les professionnels de santé qui les suivent se forment régulièrement pour être « au point » sur les dernières connaissances en santé. 36% de nos concitoyens pensent que leurs soignants ne le font pas et 18% n’en ont pas la moindre idée.

Renforcer la formation « tout au long de la vie » 

Patients, soignants, enseignants et étudiants s’accordent par ailleurs sur le fait que la formation tout au long de la vie est insuffisamment développée et qu’elle mériterait d’être "mieux organisée, plus lisible et moins chère", particulièrement à l’heure de l’intelligence artificielle (IA) et de la robotisation. 90% des Français, 97% des professionnels de santé et autant d’enseignants ainsi que 96% des étudiants sondés pensent que l’IA et la robotisation dans la santé vont connaître un formidable développement qui va transformer les métiers de la santé (pour 87% des professionnels de santé) et nécessiter de former mieux et plus souvent les acteurs de la santé (86%).

Digital et IA : entre espoirs et fatalité 

Plus des trois-quart des personnes interrogées sont également convaincues que le développement du digital et de l’IA permettra de très nombreuses améliorations en matière de formation : partage accru des connaissances (84%), facilitation des échanges entre professionnels (77%), simplification de l’accès aux formations (75%) et de leur qualité (69%) et enfin augmentation du nombre de personnes qui en bénéficieront (67%).
Malheureusement, 73% des professionnels de santé (et 79% des étudiants) reconnaissent qu’ils sont mal formés en matière de numérique, d’intelligence artificielle et de robotisation…
Dernier enseignement majeur, tous s’accordent sur la nécessité de disposer d’un acteur légitime susceptible de proposer ces formations sur le numérique en santé. En effet si 82% des professionnels de santé et des étudiants et 81% des enseignants souhaiteraient bénéficier de formations, ces dernières sont le plus souvent jugées inefficaces. Seul un professionnel de santé sur 10 (9%) les jugent efficaces, contre 33% qui les jugent inefficaces et 58% qui ne savent pas. La plate-forme proposée par l’UNESS semble donc constituer une solution car 90% des soignants et 83% des Français estiment que l’Université et ses filières de santé sont un acteur légitime et de confiance pour proposer des formations sur ce sujet aux professionnels de santé. Tous sont par ailleurs convaincus que la création d’une plateforme numérique de suivi de formation – telle que l’UNESS la propose – aurait de très nombreux mérites et bénéfices pour la formation des professionnels et surtout une large majorité d’étudiants (66%), d’enseignants (55%) et de professionnels de santé (61%) pronostiquent qu’un tel outil permettait une amélioration globale de la qualité des formations en santé. Enfin, tous – enseignants (88%), étudiants (94%) et professionnels de santé (90%) – sont séduits par l’évaluation permanente des contenus pédagogiques par les utilisateurs, que propose l’UNESS, estimant qu’elle constitue un élément très positif pour la formation.

"Une nouvelle philosophie de pédagogie en Santé" 

Commentant ces résultats, le Pr Jean Sibilia, Président de la Conférence nationale des doyens des facultés de médecine de France, a rappelé l’importance « d’insuffler une nouvelle philosophie de pédagogie en santé. Le numérique dans la formation en santé et l’accélération apportée par la technologie dans la gestion des compétences apportent des réponses aux grands défis actuels de qualité et de sécurité de soins et contribueront au renforcement de la confiance avec les soignants et les patients ».
Le Pr. Bernard Muller, Président de la Conférence des doyens des facultés de pharmacie, a quant à lui insisté sur deux aspects : « le numérique comme outil de formation et le numérique comme outil dans l’exercice professionnel, qui lui-même crée des besoins de formation. Avec le Dossier Pharmaceutique, les pharmaciens ont démontré leur savoir-faire pour tirer le meilleur parti des technologies numériques au bénéfice des patients. Très récemment l’Ordre des Pharmaciens a formulé des recommandations sur la Pharmacie connectée et la télépharmacie auxquelles il faudra répondre en formation initiale et tout-au-long de la vie ».

L’UNESS.fr, un acteur incontournable

Le GIP UNESS.fr, Université Numérique en Santé et Sport, qui fédère l’ensemble des universités (42) en Santé et sport, a pour mission essentielle de concourir à la transformation pédagogique en santé par le numérique, dans le cadre de la formation initiale. Depuis plusieurs années, l’UNESS.fr propose en direction des 250 000 étudiants et des 15 000 enseignants des filières de santé des outils numériques innovants qui accompagnent les réformes en cours et à venir. Sa plateforme nationale d’examens sur tablettes numériques SIDES désormais utilisée par toutes les facultés ou encore sa Banque Nationale d’Entraînement aux ECN – qui réunit des milliers d’heures d’examens déposés par les facultés – font désormais de l’UNESS.fr un opérateur essentiel de la formation en santé. 
Le Pr. Olivier PALOMBI, Directeur du Comité de Pilotage de l’UNESS a rappelé que l’offre de services et les outils pédagogiques numériques de l’UNESS sont "uniques, et portés par toute la communauté universitaire de France en Santé. D’ailleurs nous sommes aujourd’hui enviés par d’autres pays et de ce fait de plus en plus sollicités". 
Hélène DELMOTTE
1 -Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet les 27 et 28 novembre 2018 et auprès d’un échantillon d’enseignants, d’étudiants, et de professionnels en santé interrogés par internet du 26 novembre au 5 décembre 2018. Echantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus : 752 professionnels en santé, 978 étudiants et 258 enseignants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.