Assistance médicale à la procréation : « 10 ans et beaucoup d’enfants ».

Opérationnel depuis plusieurs années, le laboratoire d'Assistance Médicale à la Procréation (AMP) du CHU de Limoges est véritablement né le 7 avril 1997. C'est en effet à cette date que la commission nationale de médecine et de biologie de la reproduction et du diagnostic prénatal lui délivrait son agrément pour la poursuite de son activité dans le cadre des nouvelles réglementations alors définies. Depuis 10 ans, le laboratoire d'assistance médicale à la procréation du CHU de Limoges a ainsi effectué plusieurs milliers de fécondations in vitro (FIV) avec un taux de réussite notable.

Opérationnel depuis plusieurs années, le laboratoire d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) du CHU de Limoges est véritablement né le 7 avril 1997. C’est en effet à cette date que la commission nationale de médecine et de biologie de la reproduction et du diagnostic prénatal lui délivrait son agrément pour la poursuite de son activité dans le cadre des nouvelles réglementations alors définies. Depuis 10 ans, le laboratoire d’assistance médicale à la procréation du CHU de Limoges a ainsi effectué plusieurs milliers de fécondations in vitro (FIV) avec un taux de réussite notable.

Seul en Limousin à disposer de l’autorisation pour réaliser des FIV, le laboratoire d’AMP du CHU de Limoges est aussi autorisé à pratiquer des fécondations in vitro avec ICSI (Injection Intra cytoplasmique d’un spermatozoïde) depuis 2002.

Enfin, le laboratoire exerce plusieurs missions d’intérêt régional comme la congélation du sperme et du tissu ovarien avant un traitement altérant la fertilité.

Le centre d’assistance médicale à la procréation composé d’un centre clinique et d’un centre biologique réalise aujourd’hui plus de 500 FIV par an ; c’est 4 fois plus qu’en 1997.

Le taux de grossesse évolutive par ponction enregistré par Limoges sur les différents actes est évidemment une satisfaction
– 22,4% pour les FIV « classiques » (moyenne nationale : 18,0% – source agence française de biomédecine)
– 23,8% pour les FIV avec ICSI (moyenne nationale : 19,7% – source agence française de biomédecine)
– 27,3% avec des embryons décongelés (moyenne nationale : 12,6% – source agence française de biomédecine)

Le centre d’assistance médicale à la procréation est situé depuis le début de l’année sur l’hôpital de la mère et de l’enfant. En déménageant de l’hôpital Dupuytren vers ce nouvel établissement, le laboratoire a triplé de taille et bénéficié d’un nouveau poste pour réaliser les FIV avec ICSI, et d’une nouvelle pièce de congélation à l’azote.

Une équipe pluridisciplinaire accueille tous les patients à même d’avoir recours à une AMP (femmes, hommes, couples) de la phase d’exploration et de bilan, à la mise en oeuvre de la technique d’assistance la plus adaptée pour chacun.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.