Un atelier sexo pour les ados à Poitiers

Un samedi matin par mois, de 10h30 à 12h30, lycéens et collégiens sont conviés au CHU de Poitiers par la maison de la santé publique "La Vie la Santé". Hors du cadre conventionnel du collège ou du lycée, les jeunes sont invités à aborder sans tabou les questions liées à leur sexualité.

Un samedi matin par mois,  de 10h30 à 12h30, lycéens et collégiens sont conviés au CHU de Poitiers par la maison de la santé publique "La Vie la Santé". Hors du cadre conventionnel du collège ou du lycée, les jeunes sont invités à aborder sans tabou les questions liées à leur sexualité. 
En compagnie d’une sage-femme ou d’un médecin, les adolescents vont apprendre à mieux connaître le fonctionnement de leur corps. En même temps, ils vont identifier les personnes ressources et les lieux appropriés en cas besoin (soit immédiatement, soit dans un futur) tels le centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ou le planning familial.

Trois thématiques en alternance

En termes d’organisation, les ateliers sexo proposent trois thématiques qui seront abordées en alternance, soit un atelier par mois:
• première séance: «La sexualité et moi» 
• deuxième séance: «Les infections sexuellement transmissibles (IST) et la contraception, on en parle!»
• troisième séance: «Le bio dans la vie intime, ça donne quoi?».

Les séances sont dissociables et il n’est pas obligatoire de suivre un ordre précis ni d’assister à tous les ateliers. L’adolescent pourra venir avec son téléphone portable pour participer à la séance, ou une tablette pourra lui être prêtée le temps de la séance.
Tout adolescent se questionnant sur le sujet est le bienvenu. Chaque séance est limitée à huit adolescents.

En parallèle, les parents peuvent s’inscrire à des ateliers créateurs de santé à "La Vie la Santé".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.