Attentats Bruxelles : les hospitaliers français solidaires du peuple belge

Les effroyables attentats commis ce matin à Bruxelles font resurgir le spectre des attaques du 13 novembre à Paris. Des déclarations officielles du sommet de l'Etat aux messages spontanés postés sur les réseaux sociaux, tous les témoignagnes expriment la peine, la compassion et la solidarité des français aux victimes et à leurs proches, à la population belge et à leurs responsables politiques. "À travers les attentats de Bruxelles, c'est toute l'Europe qui est frappée" a déclaré à 13h00 François Hollande. Pour venir en aide aux blessés, le CHRU de Lille mobilise un dispositif de soutien pré-hospitalier et hospitalier. Quant au CHU de Saint-Etienne, il a adressé un message de soutien à ce grand voisin, "ami de la France".
Les effroyables attentats commis ce matin à Bruxelles font resurgir le spectre des attaques du 13 novembre à Paris. Les déclarations officielles du sommet de l’Etat et les messages spontanés postés sur les réseaux sociaux expriment la peine, la compassion et la solidarité des français aux victimes et à leurs proches, à la population belge et à leurs responsables politiques. "À travers les attentats de Bruxelles, c’est toute l’Europe qui est frappée" a déclaré à 13h00 François Hollande. Pour venir en aide aux blessés, le CHRU de Lille mobilise un dispositif de soutien pré-hospitalier et hospitalier. Quant au CHU de Saint-Etienne, il a adressé un message de soutien à ce grand voisin, "ami de la France". Le lendemain, la Fédération Hospitalière de France adressait sa solidarité, son amitié et sa compassion à la communauté hospitalière belge.
Le CHRU de Lille annonce que "Dès les premières explosions, le SAMU du Nord, référent de la zone de défense Nord, en lien avec l’Agence Régionale de Santé, a mis en place un dispositif exceptionnel, permettant de déployer très rapidement, si nécessaire, des moyens pré-hospitaliers. Une équipe de la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique du CHRU de Lille ainsi que 2 équipes SMUR de Lille se rendent actuellement à l’ambassade de France à Bruxelles, à la demande de la Direction Générale de la Santé, pour prendre en charge les ressortissants Français. 14 équipes SMUR issues de la région sont mises à la disposition des autorités sanitaires de Belgique, prêtes à se rendre sur place". Il s’agit des SMUR d’Armentières, Arras, Dunkerque, Maubeuge, Roubaix, Tourcoing, Valenciennes (2), Lille (6), de 2 hélicoptères à Arras et à Lille et des SMUR de la Picardie. Parallèlement à ce dispositif de secours d’urgence, le CHRU de Lille a mis à disposition des lits de réanimation et des lits spécialisés dans le traitement des grands brûlés ainsi que des blocs-opératoires, s’il devait accueillir des patients de Belgique. Les professionnels du CHRU de Lille restent mobilisés pour déployer l’ensemble du dispositif si cela s’avérait nécessaire.

Dans un communiqué, le CHU de Saint-Etienne transmet un message de soutien à ceux que la barbarie vient d’endeuiller. Son directeur général, Frédéric Boiron "adresse ses premières pensées aux victimes et à leurs proches, à la population, aux services de secours et de sécurité et aux autorités". Il tient à rappeler que "la sauvagerie des terroristes ne nous fera pas renoncer à nos valeurs(…) de solidarité humaine". Aux côtés des équipes du CHU de Saint-Etienne, il affirme solennellement l’attachement indéfectible des hospitaliers "aux principes démocratiques que porte la devise de la République, Liberté, Egalité, Fraternité
La résolution du Conseil d’Administration de la Fédération Hospitalière de France
Le 23 mars, lors de son Conseil d’Administration, la Fédération hospitalière de France a tenu à exprimer "sa plus profonde tristesse devant les actes ignobles et aveugles qui ont frappé la Belgique. Les hospitaliers publics français sont plus que jamais aux côtés de leurs amis belges et de leurs services de Santé et tiennent à leur adresser leur solidarité, leur amitié et leur compassion. Dans ces moments tragiques, les services de soins vont être durement mis à l’épreuve et leurs homologues français savent qu’ils sauront être à la hauteur.  Comme en France, il y a quelques semaines, leur rôle sera déterminant pour panser les plaies des actes terroristes, pour garder la tête haute dans l’épreuve et pour ne jamais céder à la peur et au fanatisme."
Le communiqué a été co-signé par Frédéric Valletoux, Président de la FHF, Daniel Casse, Président de la CNDEPAH, Pr Michel Claudon, Président de la conférence des présidents de CME de CHU, Jean-Pierre Dewitte, Président de la conférence des directeurs généraux de CHRU, Thierry Godeau, Président de la conférence des présidents de CME de CH, Christian Müller, Président de la conférence des présidents de CME de CHS, Zaynab Riet, Présidente de la conférence des directeurs de CH

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.