Au CHU d’Amiens, une 1ère européenne pour traiter les tremblements parkinsoniens

Les équipes de neurochirurgie et de neurologie, d’anesthésie et de neuroradiologie du CHU d'Amiens ont réalisé le 3 avril 2019 une première européenne pour traiter le tremblement sévère, pharmaco-résistant, d'une patiente âgée. Cette technique unique en France (et disponible dans seulement quelques centres en Europe), place le CHU Amiens-Picardie en position de leadership dans le traitement de certains tremblements.
Les équipes de neurochirurgie et de neurologie, d’anesthésie et de neuroradiologie du CHU d’Amiens ont réalisé le 3 avril 2019 une première européenne pour traiter le tremblement sévère, pharmaco-résistant, d’une patiente âgée. Cette technique unique en France (et disponible dans seulement quelques centres en Europe), place le CHU Amiens-Picardie en position de leadership dans le traitement de certains tremblements.
Cette prise en charge chirurgicale complète l’offre proposée pour la maladie de Parkinson et maladies apparentées, avec la radio-chirurgie et la stimulation cérébrale profonde ; le CHU Amiens-Picardie dispose du seul Centre Expert Parkinson (CEP) pour la Picardie. L’utilisation d’une technique laser (ou Laser Interstitial Thermal Therapy – LITT) couplée à un monitoring IRM en temps réel, a permis d’atteindre avec une très grande précision une petite  structure du cerveau située au sein d’un noyau responsable du tremblement (le thalamus). Cette thalamotomie a  permis la disparition du tremblement du membre supérieur gauche d’une patiente de 84 ans. Elle a pu rejoindre son  domicile 3 jours après l’intervention chirurgicale sans complication.

Nouvelles perspectives de prise en charge

Le succès de cette chirurgie mini-invasive permet d’envisager de nouvelles perspectives dans la prise en charge de certaines pathologies du mouvement (maladie de Parkinson et autres tremblements) chez les patients ne pouvant bénéficier de la stimulation cérébrale profonde, technique de référence mais plus invasive. Cette première européenne permet ainsi l’optimisation du parcours de soins : obtenir le même résultat qu’une prise en charge médico-chirurgicale classique mais en diminuant les risques associés à l’opération tout en optimisant la récupération post-opératoire. Ce caractère mini-invasif permet de proposer cette solution à des patients âgés ou fragiles car porteurs de comorbidités.

Cette nouvelle technique permet une récupération plus rapide du patient après l’acte chirurgical. C’est ce qu’on appelle la RAAC (Récupération Améliorée Après Chirurgie), qui permet un retour plus rapide au domicile et une reprise plus rapide des activités personnelles ou professionnelles.

Optimisation et sécurisation du parcours de soins

Cette première a été réalisée dans le cadre de l’accompagnement de la société Medtronic autour du projet médical du service de Neurochirurgie du CHU Amiens-Picardie dont l’objectif est de construire un centre d’excellence nationale et internationale RAAC en neurochirurgie signifiant pour les patients une optimisation et sécurisation du parcours de soin, le développement des techniques de chirurgies mini-invasives même pour les procédures les plus complexes. Cet accompagnement a été lancé en avril 2018, à l’issue d’un dialogue compétitif et se poursuit sur 6 ans. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.