Au CHU d’Angers, santé publique rime avec pratique sportive

Au CHU d'Angers, l'activité physique ou la pratique du sport sont perçues comme de vrais facteurs de santé qu'il convient de soutenir, promouvoir et étudier. Elles font d'ailleurs l'objet de conventions originales entre le CHU et le monde du sport.

Au CHU d’Angers, l’activité physique ou la pratique du sport sont perçues comme de vrais facteurs de santé qu’il convient de soutenir, promouvoir et étudier. Elles font d’ailleurs l’objet de conventions originales entre le CHU et le monde du sport.

Au CHU d’Angers, nombreuses sont les équipes qui associent activité physique et actions de santé publique ou programmes d’éducation thérapeutique. Dans l’établissement, la pratique sportive est abordée avec toutes ses spécificités : de la performance chez le sportif de haut niveau à la pratique thérapeutique pour le patient ; c’est le principe du « sport pour chacun ». Sport de la performance, sport d’entretien, sport thérapeutique ou sociabilisant, les équipes hospitalières envisagent toujours sa pratique en lien avec les professionnels du sport.
Qu’elle soit étudiée au sein du « Centre Régional de Médecine du Sport » (CRMS) du CHU ou pratiquée par les patients en surpoids, l’activité sportive fait le plus souvent l’objet de partenariat avec les structures locales.

La convention « Pratique sportive et santé publique » été signée le 8 avril 2010 entre le Centre Régional de Médecine du Sport du CHU, la Direction Départementale de la cohésion sociale de Maine-et-Loire et le Comité olympique et sportif de Maine-et-Loire illustre parfaitement cette collaboration entre le secteur médical et le monde sportif. Avec son plateau technique de niveau national, le CRMS est référent tant pour le suivi des sportifs de haut niveau que pour l’expertise en matière d’intolérance à l’effort. Il est également largement engagé dans la recherche en médecine sportive. Cette convention lui permettra d’affirmer plus encore son expertise et d’en faire bénéficier les sportifs professionnels ou occasionnels du Maine-et-Loire.

Lors de la manifestation d’autres partenariats entre le CHU et le monde du sport ont été évoqués. Le plus emblématique a permis la création d’un atelier d’éducation physique pour patients obèses. Cette convention a été conclue entre la Ville d’Angers et le Comité Départemental « Sports pour tous », en octobre 2009. Avec cet atelier de pratique physique organisé en ville sous la houlette d’un éducateur sportif, le département d’endocrinologie-diabétologie-nutrition du CHU « démédicalise » la prescription sportive. Il propose au patient une activité physique « sociabilisée » sans risque de discrimination. Ce programme, original tant dans son approche que dans sa mise en oeuvre, avait d’ailleurs été précédé par une action du même type organisée par le pôle enfant du CHU pour les enfants en surpoids.

Ces actions témoignent de l’ouverture du CHU sur la ville et de son ancrage dans la santé publique. La diversité des organismes et des professionnels présents à la signature de la convention du 8 avril « Pratique sportive et santé publique » démontre l’importance de l’engagement citoyen du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.