Au CHU de Poitiers, l’aromathérapie adoucit la fin de vie

Faire appel aux huiles essentielles pour soulager les patients en soins palliatifs souffrant d'une altération de la muqueuse buccale. Tel est le projet mené par l'unité de soins palliatifs du CHU de Poitiers, aujourd'hui doublement récompensé.
Faire appel aux huiles essentielles pour soulager les patients en soins palliatifs souffrant d’une altération de la muqueuse buccale. Tel est le projet mené par l’unité de soins palliatifs du CHU de Poitiers, aujourd’hui doublement récompensé
Le travail de l’équipe soignante de l’unité de soins palliatifs du CHU de Poitiers sur l’aromathérapie vient d’être largement salué. L’étude, portée par Catherine Boisseau, cadre de santé, en concertation avec l’équipe médicale, sur l’efficacité des soins de bouche aux huiles essentielles chez les patients en situation palliative a été saluée successivement par deux prix. 
L’équipe de soignants à l’honneur
Le premier prix a été décerné à un poster illustrant le déroulé de ces recherches, à l’occasion du 6e colloque interrégional de la recherche paramédicale grand Sud-Ouest, organisé à Toulouse le 29 septembre 2016. 
Le second, le Prix d’aromathérapie clinique 2016, était remis à l’équipe de Catherine Boisseau et à l’association Pallium 86 qu’elle préside, le 5 octobre, à Paris. Cette récompense, attribuée lors du symposium Naturactive organisé par la Société française d’ethnopharmacologie, est destinée à favoriser la recherche clinique sur la phytothérapie et l’aromathérapie.
"Ce prix va nous permettre d’obtenir le volume d’huiles essentielles nécessaire à la poursuite du projet, à hauteur de 5 000 euros, se réjouit Catherine Boisseau. La réglementation ne permettant pas au CHU de fournir les huiles essentielles utilisées à l’hôpital, c’est Pallium 86 qui finançait ces produits jusqu’à maintenant." Ce prix met également en valeur "l’équipe des soins palliatifs qui s’investit au quotidien dans la réalisation des soins et la formation à l’emploi des huiles essentielles", souligne-t-elle. Et les initiateurs de ce joli projet de recherche envisage d’étendre encore leurs possibilités. Prochain objectif : décrocher un programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale. La réponse est attendue en décembre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.