Au CHU de Rennes, Nominoë améliore le bien-être des patients en fin de vie

Grâce au soutien du fonds Nominoë et de GMF solidarités, les patients en soins palliatifs au CHU de Rennes bénéficient d'une nouvelle technique de relaxation et de bien-être : le concept snoezelen. Celui-ci travaille à partir des 5 sens: ouïe, odorat, toucher, vue, goût.

Grâce au soutien du fonds Nominoë et de GMF solidarités, les patients en soins palliatifs au CHU de Rennes bénéficient d’une nouvelle technique de relaxation et de bien-être : le concept snoezelen. Celui-ci  travaille à partir des 5 sens: ouïe, odorat, toucher, vue, goût.
Deux dispositifs de relaxation, l’un fixe, l’autre mobile, ont été ainsi développés sur ce concept et mis à la disposition des patients, des familles et du personnel de l’unité de soins palliatifs. «La démarche est fondée sur l’idée que toute sensation agréable (chaleur, douceur, arôme, musique) induit une perception positive, explique le Pr Vincent Morel, chef de l’unité de soins palliatifs. Tout en bougeant, en sentant, en regardant et en écoutant, nous créons une ambiance qui apporte une aide dans l’assistance aux personnes en fin de vie».

Dispositif de relaxation mobile installé au sein de l’unité de soins palliatifs du CHU de Rennes
En sollicitant le ou les sens que chaque patient développe spontanément, le dispositif procure ainsi apaisement, endormissement ou un effet antalgique, déstressant et relaxant. Depuis son installation en janvier, plus de 50 patients ont pu profiter de ces dispositifs.

5 projets financés en 5 ans par le fonds Nominoë

Depuis son lancement en 2014, le fonds Nominoë, trait d’union entre les bretons et le CHU de Rennes, a financé 5 projets: une maison des parents pour accueillir les familles d’enfants hospitalisés, une biobanque pour comprendre les déterminants de nombreuses maladies et élaborer les traitements spécifiques à chaque patient, des tablettes communicantes pour les patients de la maternité et d’hématologie adulte, des décors et vidéos adaptés pour apaiser les jeunes enfants contraints de passer des examens d’imagerie.Pour l’avenir, Nominoë entend poursuivre son action en finançant des projets innovants pour améliorer le diagnostic et le confort de vie des patients et de leur famille.
Pour savoir plus: www.fonds-nominoe.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.